Notre École, faisons-la ensemble

Dans le cadre du conseil national de la refondation, une démarche participative est initiée pour permettre à l'ensemble de la société de se réapproprier l'École.

« Notre École, faisons-la ensemble » propose à nos écoles, collèges et lycées une démarche participative au service de la construction de projets innovants, d'actions partagées, destinés à améliorer le bien-être, réduire les inégalités et développer l'excellence. La démarche n'est pas fermée dans le temps afin que les écoles et établissements scolaires qui souhaitent rentrer dans la démarche puissent le faire dès qu'ils le peuvent.

Les trois étapes de la démarche

La concertation 

Les temps de concertation se tiennent dans les écoles et établissements scolaires selon les modalités arrêtées par l'équipe éducative. Les professeurs, les élèves, les parents d'élèves, les collectivités territoriales, les associations et tout autre acteur de l'éducation sur le territoire, peuvent prendre part à la concertation afin de travailler collectivement à l'amélioration du quotidien des élèves.

Aucun modèle de concertation n'est arrêté.

Les équipes éducatives se verront octroyer pour organiser la concertation :

  • 12 heures imputées sur les 108 heures (hors temps de formation) dans le premier degré ;
  • Deux journées banalisées dans le second degré.

L'ensemble de ces heures peut, sur décision du directeur d'école ou du chef d'établissement, faire l'objet d'un fractionnement.

La CARDIE peut accompagner les écoles et établissements scolaires qui le souhaitent pour se lancer dans une concertation.

Un guide et des ressources gratuites (fiches méthodologiques, ateliers, etc.) sont mis à disposition des acteurs.

Accéder à l'espace Magistère académique consacré à la prise en main de la démarche par les équipes

Élaborer un projet pédagogique

Suite à la phase de concertation, les équipes éducatives peuvent élaborer un projet pédagogique ponctuel ou pluriannuel. Ce dernier a vocation à nourrir le projet d'école ou d'établissement ; il ne s'y substitue pas mais l'enrichit ou s'y adosse.

Aucun cahier des charges n'est imposé, mais le projet doit rentrer dans les trois axes arrêtés : excellence, bien-être et égalité des chances.

Le soutien financier du fonds d'innovation pédagogique

Les projets des équipes pédagogiques validés par le comité d’examen pourront être financés dans le cadre du fonds de soutien pédagogique doté de 500 millions d’euros sur le quinquennat.

La commission d'examen, présidée par le recteur et composée d'au moins trois membres nommés par lui, se réunit pour examiner les projets au fur et à mesure de leur présentation, afin d'attribuer les fonds dans des délais resserrés. Elle décide du soutien financier accordé ou propose un accompagnement renforcé afin de permettre au projet de disposer ultérieurement du soutien nécessaire.

Les projets bénéficiant d'un soutien financier peuvent être très divers, dès lors qu'ils visent à améliorer la réussite des élèves. Ils peuvent se rapporter à tout ou partie des trois dimensions fondatrices de la politique éducative (excellence, égalité des chances et bien-être).

Les projets doivent intervenir sur une échelle locale qui peut être étendue au réseau ou bassin de formation si la situation le justifie. Les fonds attribués s'inscrivent dans une logique complémentaire aux investissements effectués par les collectivités territoriales ou d'autres fonds mobilisés. Les fonds peuvent financer du matériel, des activités pédagogiques ou des intervenants extérieurs.

Mise à jour : décembre 2022