A la une

À propos de cette page
Naviguer dans la rubrique
Partager

Les 267 élèves de l’école Maurice Genevoix de Châteauneuf disent NON au harcèlement scolaire !

Les 267 élèves de l’école Maurice Genevoix de Châteauneuf disent NON au  harcèlement scolaire !

En cette journée internationale de lutte contre le harcèlement scolaire organisée chaque année le premier jeudi de novembre par le ministère de l’Education nationale, toute l’école s’est mobilisée. L’équipe travaille régulièrement sur  le climat scolaire les familles sont invitées au café des parents une fois par période. Madame la Rectrice et Monsieur l’inspecteur d’Académie  sont présents.

De g.à d.: l’inspecteur d’Académie, la Rectrice, le sénateur Hugues Saury, Florence Galzin, maire et la directrice de l’école

La directrice, Hélène Le Goff et les 11 enseignants de l’école  proposent aux élèves de nombreux ateliers. Céline Coton, l’inspectrice de la circonscription de Châteauneuf et son équipe, Madame Bennery, maîtresse E, Myriam Mayet,  CPD Arts visuels et les représentants de l’OCCE et l’USEP ont aussi participé à la construction de cette journée.

Les ateliers

Le message clair

Il s’agit d’un échange verbal entre deux élèves visant à la résolution d’un conflit qui les oppose. Celui ou celle qui estime être  la victime  exprime ses sentiments, ses émotions et verbalise ainsi la souffrance ressentie. L’ agresseur , identifié par la victime comme source du malaise ressenti, apprend à tenir compte par empathie du point de vue d’autrui et du préjudice causé .Le message clair vise donc à orienter la discussion vers la résolution non-violente de petits différends. À ce titre, il apparaît comme un outil pertinent pour améliorer le climat scolaire dans le premier degré.

Monsieur Chaveneau de l’OCCE initie les élèves de cycle 2 à la communication  utilisant les « messages clairs »

Production d’une œuvre contre le harcèlement

La production s’appuie sur une légende : « Un jour, il y eut un immense incendie de forêt. Tous les animaux terrifiés, atterrés, observaient impuissants le désastre. Seul le petit colibri s’activait, allant chercher quelques gouttes avec son bec pour les jeter sur le feu. Après un moment, le tatou, agacé par cette agitation dérisoire, lui dit : Colibri ! Tu n’es pas fou ? Ce n’est pas avec ces gouttes d’eau que tu vas éteindre le feu !. Et le colibri lui répondit : Je le sais, mais je fais ma part. »

       

 

Pour lutter contre le harcèlement, les élèves font aussi leur part. Les enfants de cycle 2 choisissent un mot contre le harcèlement et le glissent dans un bocal. Ils personnalisent  aussi un caillou pour ‘apporter leur pierre à l’édifice’. Les élèves du cycle 3 font des phrases comme le feraient des adultes.

Le jeu des 3 figures

Le « Jeu des Trois Figures » est une activité théâtrale que Serge Tisseron a imaginée en 2006 pour développer l’empathie de la maternelle au collège et pour réduire la violence. Il est appelé ainsi en référence aux trois personnages : l’agresseur, la victime et le témoin. L’objectif de ce jeu est la prévention du harcèlement scolaire en travaillant sur l’empathie. Un travail sur l’empathie et le harcèlement  a  été initié en mars dernier avec les élèves. Aujourd’hui Emmanuelle Richon, CPC de la circonscription, propose aux élèves un jeu de rôle sur les émotions ressenties par chacun des personnages du trio.

Le débat à partir d’une image au cycle 3

Il s’agit de l’affiche montrant un enfant qui cache son visage car il est entouré par six mains menaçantes. Les élèves travaillent par groupes autour des caractéristiques du harcèlement et de ses conséquences. Ils trouvent une expression tout à fait appropriée au harcèlement lié à internet et aux réseaux sociaux : ils parlent d’agression virtuelle.      

Claude Baccon, ERUN, travaille avec les élèves sur les dangers des réseaux sociaux avec @miclik, un jeu sérieux interactif destiné à aider les enfants à utiliser de manière raisonnée les réseaux sociaux et à en percevoir les risques et les limites. Des jeux coopératifs pour favoriser le ‘vivre ensemble’ sont proposés avec la participation de l’USEP. Madame Brouté, psychologue scolaire propose de débattre à partir de situations impliquant témoin(s), harcelé(s) et harceleur(s) avec les élèves de cycle 3.

Cette journée contre le harcèlement, tout à  fait réussie  selon les réponses des élèves interrogés, est un temps fort dans une école très impliquée au quotidien dans les problématiques du climat scolaire.

L’inspecteur d’Académie rencontre tous les directeurs des écoles du Loiret à Orléans et à Amilly

Philippe Ballé a souhaité rencontrer tous les directeurs des écoles du département afin d’engager avec eux une réflexion sur différentes problématiques  concernant le pilotage pédagogique : «  Les directrices et directeurs sont au plus près des élèves et sont des acteurs majeurs dans leur réussite. Avoir avec eux un temps d’échange direct autour des besoins des élèves et des leviers que l’on peut actionner favorise la proximité . Les réunir, c’est aussi leur permettre  d’avoir d’échanger entre pairs ».

La première rencontre eu lieu à CANOPE le 14 octobre a réuni  234 personnes  et 219 à  Amilly  le lendemain.

L’inspecteur d’Académie a tout d’abord évoqué  la situation du département. La population est inégalement répartie sur le territoire et les contrastes sociaux sont importants. De plus, les enseignants de moins de 35 ans sont très nombreux dans les territoires ruraux comme le  Montargois ou le Giennois.

               

CANOPE, Orléans

Il a ensuite présenté la mise en œuvre des orientations nationales  et des priorités académiques : l’achèvement du dédoublement du CE1 en éducation prioritaire, la mise en place de la scolarité obligatoire dès 3 ans et  le soutien à la prise en charge des élèves à besoins éducatifs  particuliers.

Atelier, Espace Jean Vilar, Amilly

L’inspecteur d’Académie a également insisté sur la vigilance portée dans le cadre de la carte scolaire. Dans des secteurs à dominante rurale et les secteurs péri-urbains fragiles socialement, le non engagement des mesures de fermeture de classe théoriquement justifiées au regard des effectifs prévisionnels a été systématiquement étudié. La continuité dans l’effort d’accompagnement des élèves du cycle 2 a aussi été privilégiée grâce au maintien ou à la création de supports ‘réussite du cycle 2’.

          

                Atelier, Espace Jean Vilar, Amilly                                            Atelier, CANOPE, Orléans

Les directeurs ont ensuite participé à différents ateliers animés par l’IEN et les conseillers pédagogiques de la circonscription. La disposition en cercle a encouragé la prise de parole spontanée des participants. Trois aspects du pilotage pédagogique ont été soumis aux directeurs afin de faire émerger des propositions :

  • 1. La mobilisation de l’équipe sur des objectifs partagés pour une démarche de projet
  • 2. La construction des indicateurs pertinents et l’évaluation du projet d’école
  • 3. La gestion avec l’équipe des enfants en signe de mal-être, en appui sur la mobilisation de la communauté éducative.

 

Une synthèse des propositions des différents groupes concernant les trois thèmes évoqués est en cours de réalisation. Un nouveau rendez-vous avec les directeurs est prévu en fin d’année scolaire.

 

                     

Ateliers, CANOPE, Orléans

 

 

Atelier, CANOPE, Orléans

Suzanne Tartière, médecin anesthésiste réanimateur au SAMU de Paris, montre aux élèves de CM1-CM2 de Charmont en Beauce comment réagir dans des situations de détresse médicale

Suzanne Tartière  a créé une méthode de formation universelle, rapide et ludique pour enseigner les gestes qui sauvent et les conduites à tenir dans diverses situations dont chacun pourrait être témoin.  Cette méthode, intitulée FO.UR.MI. (formation urgence minimum) se décline en différents modules adaptés tout particulièrement aux enfants. Le médecin a aussi participé à la rédaction du programme APS "Apprendre à porter secours" bien connu par les professeurs des écoles.

                 

La classe a été choisie par une grande chaine télévisée car les élèves avaient travaillé en amont sur d’un ouvrage écrit par madame Tartière : « Le petit  livre des gestes qui sauvent ». C’est un petit guide pratique pour développer chez les jeunes le sens des responsabilités et l’esprit d’initiative, en leur permettant d’acquérir les connaissances, les capacités et les attitudes nécessaires pour porter secours au quotidien.

                                    

Le tournage s’est déroulé en 3 temps. Les élèves ont tout d’abord posé des questions  préparées à l’avance avec Julie Pelletier, l’enseignante de la classe. Ensuite,  ils ont travaillé autour de deux mises en situation sur les brûlures et sur l'étouffement. Pour chaque accident évoqué, des conseils et gestes simples sont donnés par Suzanne Tartière. L’urgentiste a  aussi expliqué aux élèves comment reconnaître un AVC et comment réagir lorsqu’on se trouve devant une telle situation.  La journaliste a ensuite interrogé 4 élèves et Madame Tartière.

Cette rencontre filmée est une belle expérience pour les élèves. Déjà très intéressés par la conduite à suivre lors d’une  détresse médicale, ils ont pu rencontrer Suzanne Tartière  qui est engagée corps et âme dans son métier depuis plus de 30 ans.

D’autre part, le tournage dans leur classe leur a permis de voir l’envers du décor : les contraintes du cameraman et du preneur de son mais aussi celles du monteur. A partir d’une heure trente de rushs, l’équipe ne gardera qu’un reportage de 90 secondes ! Chacun des élèves regardera désormais les reportages télévisés avec un regard de connaisseur.

Visite de l’inspecteur d’Académie au collège Etienne Dolet à l’occasion de l’ouverture d’une Unité d'Enseignement Externalisée au collège Etienne Dolet

Après une année de préparation au sein du collège, une unité d'enseignement externalisée de 18 élèves a été ouverte à la rentrée 2019. Cette unité permet à des élèves suivis par un IME d’être scolarisés douze heures par semaine au collège. Pour Madame Dorion, principale du collège : « Il existe dans notre établissement  une culture de l’accueil des enfants à besoins particuliers avec le pôle ULIS et la SEGPA. Etre scolarisé en collège, c’est une vraie plus-value pour les élèves. Ils sont fiers d’entrer dans l’établissement et heureux de partager  les récréations avec tous les élèves. Ils sont aussi intégrés dans une classe d’âge et participent à des cycles complets  comme en EPS par exemple. Ils bénéficient  de temps d’enseignement à l’IME et au collège.

    

L’inspecteur d’Académie face aux  élèves : un dialogue sur le ressenti de  chacun

 

Pierre Gabert, inspecteur de la circonscription ASH1 précise : « Cette UEE est la vingtième du département du Loiret qui a une vraie longueur d’avance ».

Que pensent les élèves de leur intégration dans l’établissement ? Ils sont heureux d’être au collège car ils y rencontrent d’autres élèves et partagent des cours.

Pour madame Dorion : « la meilleure preuve d’intégration des élèves dans notre établissement c’est qu’il est impossible,  dans la cour de récréation, de déterminer qui bénéficie d’un dispositif spécifique ».

C’est une belle conclusion !  

Réunion de rentrée des personnels Accompagnants d’Elèves en Situation de Handicap

          

Scolariser dans de bonnes conditions les élèves en situation de handicap est une priorité du Gouvernement, qui, depuis deux ans, a engagé une nouvelle étape dans la réalisation d'une école pleinement inclusive. Des avancées majeures ont été accomplies : la rentrée des élèves à besoin particulier se prépare comme celle des autres élèves. Des Pôles inclusifs d'accompagnement localisé, les Pial, sont créés et les démarches sont simplifiées pour les familles.

Une réunion d’accueil est organisée pour les 530 personnels AESH du département. Quatre lieux ont été choisis: Orléans la Source, Beaugency, l’ESPE d’Orléans et Montargis. L’objectif de cette première rencontre est la présentation du service de l’école inclusive (SEI), des Pial et la nouvelle organisation et les changements comme la professionnalisation des personnels AESH  qui appartiendront à la communauté éducative et bénéficieront désormais de contrats d’une durée de 3 ans.

Augmentation de la capacité d’accueil du pôle ULIS au collège Montesquieu

Une salle plus spacieuse et deux espaces  ont permis au collège  d’accueillir cette année 18 élèves dans le pôle ULIS. Madame Annabelle Sauvaget et monsieur Didier Chicaud, les enseignants, sont heureux de travailler ensemble : « On apprend à utiliser la force d’être deux ». L’objectif de l’équipe est de changer l’image de l’enseignement spécialisé : « chaque élève doit pouvoir se dire qu’il a plus de chance que les autres ». Aujourd’hui, 11 élèves sont en classe et 7 en inclusion. Camel a un projet en mécanique : « je préfère être dans le dispositif que dans une classe de sixième, on est plus soutenu».

               

Les élèves du pôle ULIS et de gauche à droite : madame Sauvaget, l’inspecteur d’Académie, monsieur Chicaud, monsieur Kervella principal du collège et Pierre Gabert, IEN ASH1

Accueil des nouveaux assistants étrangers au lycée Pothier d’Orléans

Ils viennent du Royaume-Uni, de l’Inde, d’Espagne, du Mexique, de l’Argentine, des Etats-Unis, d’Irlande, de l’Equateur et de l’Argentine et ils vont faire découvrir leur culture aux élèves du Loiret. Nicolas Montlivet, le nouveau Délégué Académique aux Relations Européennes et Internationales les accueille chaleureusement.  

     

Gabrielle et Arthur,  deux assistants qui ont décidé de passer une deuxième année dans les classes à Orléans, racontent avec beaucoup d’humour leur première expérience. Ils ‘jouent’ certaines scènes  de leur quotidien en classe devant une salle conquise.

Inauguration de l’école Miriam Makeba de Chalette-sur-Loing

Le maire, l’Inspectrice adjointe au directeur académique et l’Inspecteur de circonscription ont inauguré cette nouvelle école nommée Miriam Makeba, chanteuse militante politique Sud-africaine.

La commune de Chalette a construit cette école qui remplace les anciennes écoles du quartier de Vésines. Elle permet d’accueillir depuis la rentrée 21 classes maternelles et élémentaires dont les classes dédoublées inhérentes à l’éducation prioritaire.

Les élèves ont entonné le chant " Liberté Egalité Fraternité" devant l'école avant de couper le ruban.

Les élèves de l’école André Dessaux rendent hommage à Jacques Chirac

Lundi 30 septembre 2019 à  15 h,  les élèves de l’école André Dessaux  d’Orléans sont réunis dans les classes pour un moment de recueillement après la mort de Jacques Chirac. Ils n’ont pas connu l’ancien président lorsqu’il était en exercice mais certains avaient déjà entendu parler de cet homme à la longue carrière politique. Laurent Robillard, directeur de l’école et enseignant en CM2, évoque avec ses élèves  le parcours de celui qui fut aussi ministre de l’Agriculture, ministre de l’Intérieur, Maire de Paris et Premier ministre.

Dans la classe de Laurent Robillard les questions sont nombreuses. « Peut-on venir d’un autre pays et être président de la république française ? Si le président meurt pendant son quinquennat que se passe-t-il ? Est-ce qu’on peut être président si on est très vieux ? Aurait-on le droit de changer de drapeau en France et comment faire ? ». L’enseignant répond et en profite pour expliquer différents termes comme la constitution et évoquer les deux chambres, l’assemblée nationale et le sénat.

     

Le président de la Région Centre-Val de Loire dans les lycées du Loiret avec l'Inspecteur d'Académie

François Bonneau a effectué plusieurs déplacements avec Philippe Ballé, Inspecteur d'Académie du Loiret, dans différents lycées. Au lycée Benjamin Franklin, l’objectif était la visite des cuisines provisoires installées après l’incendie survenu dans l’établissement.

          

Visite de madame la Rectrice au lycée Hôtelier de l’Orléanais

Madame Katia Béguin, Rectrice de l’Académie est venue assister aux tests de  positionnement   qui concernent  tous les élèves de seconde générale, technologique ou professionnelle. Ces tests sont la première étape de l'accompagnement personnalisé qui permet aux lycéens de consolider leur maîtrise de l'expression écrite et orale et leurs compétences mathématiques, essentielles tant dans la vie personnelle ou professionnelle que pour la poursuite de leurs études. Ces tests sont une aide aux enseignants pour mieux cibler et organiser l’accompagnement des lycéens.

                                                  

De gauche à droite : Madame la Rectrice, Madame Lemiale proviseure du LHO et Philippe Ballé       

                                                                                                                                                                                                                                                                         

Conseil de l’encadrement au lycée Hôtelier de l’Orléanais

Pour ce  premier conseil de l’encadrement de l’année scolaire qui a eu lieu le 17 septembre, cent soixante-dix IA-IPR, personnels de direction, IEN, conseillers techniques et chefs de division étaient conviés. De nombreux sujets ont été abordés. Parmi les dossiers importants :   les données de la rentrée 2019,  l’école inclusive,  le plan de lutte contre les violences scolaires, la maîtrise des fondamentaux et  le développement durable.

        

Installation à Ingré d’un rucher pédagogique permettant de sensibliser les citoyens et en particulier les scolaires à l’environnement et au maintien de la biodiversité

Dans le cadre de son agenda 21, la ville d’Ingré a décidé d’installer un rucher pédagogique  sur le site municipal. Le maire d’Ingré, Christian Dumas et  Serge Jamain, apiculteur ont signé une convention dont  les objectifs sont la protection des abeilles et la création d’un outil  permettant de sensibiliser les citoyens, en particulier les 1094 élèves de la commune, au rôle de ces insectes pollinisateurs dans la biodiversité et la sauvegarde de l’environnement.

Lors de la signature de ce partenariat  Philippe Ballé, inspecteur d'académie, a évoqué l'avenant ayant pour thème le développement durable qui devra prochainement être intégré à tous les  projets  d'école.

       

 

 

Lancement du dispositif « un petit déjeuner pour bien commencer la journée » à l’école René-Guy Cadou d’Orléans le jeudi 12 septembre 2019

Les parents ont  été  invités et ils sont nombreux autour de tables.

Dans le cadre de la mise en œuvre de l’engagement n°2 de la stratégie interministérielle de prévention et de lutte contre la pauvreté 2018-2022, « Garantir au quotidien les droits fondamentaux des enfants »,  l’Education nationale impulse le dispositif des petits déjeuners dans les écoles volontaires des REP et REP+, des quartiers de la politique de la ville et des territoires ruraux fragiles. L’école René- Guy Cadou est en REP. Elle est composée de 13 classes et de 3 dispositifs ULIS. Aujourd’hui, une classe de grande section et deux classes de CE1 vont prendre leur premier  petit-déjeuner à l’école.

              

De gauche à droite : Monsieur Vannier, directeur de l’école, Madame Guggiari DAASEN, Monsieur Ballé DASEN, Monsieur Pierre Pouëssel, préfet de la région Centre et Monsieur Douchet, haut-commissaire à la lutte contre la pauvreté

L’objectif de ce dispositif est de participer à la réduction des inégalités alimentaires. En moyenne, entre 3 et 4 enfants par classe, partent pour l’école le ventre vide.  Le petit déjeuner  est proposé dès l’arrivée des élèves. Il permet, en particulier aux enfants qui n’ont rien mangé depuis leur réveil, de bénéficier de ce  premier repas qui doit représenter environ un quart des apports énergétiques et nutritionnels de la journée, indispensables à la concentration et à la disponibilité pour les apprentissages.

               

Pour ce premier petit déjeuner, Monsieur Vannier, directeur de l’école, accueille Pierre Pouëssel, nouveau préfet  de la région Centre, Philippe Ballé, inspecteur d’académie du Loiret, Olivier Carré, maire d’Orléans, Florent Montillot, maire adjoint à l’éducation et Stéphanie Rist, députée de la première circonscription.

 

Après le petit déjeuner, madame Loubatier, l’infirmière de la circonscription, réunit les familles pour présenter le rôle du petit déjeuner dans l’équilibre alimentaire.

Le dispositif « un petit déjeuner pour bien commencer la journée à l’école» sera très prochainement  proposé dans six circonscriptions du département. Un dialogue conduit par les inspecteurs auprès des élus concernés  a permis de mettre en place une organisation pour 6 territoires prioritaires : Engenville, Chalette-sur-Loing, Gien, Fleury-Les-Aubrais et la Cité éducative d’Orléans.

L’organisation

Un jour par semaine : les enfants prendront un petit déjeuner traditionnel à table (pain, beurre, confiture, lait, fruit…), dans un local dédié, sur temps scolaire pendant 30 mn  en présence de l’enseignant et d’un personnel communal.

Une fois par mois : les familles seront invitées à participer à ce petit déjeuner et à échanger sur les aspects pédagogiques et éducatifs en présence de l’enseignant et d’un personnel communal.

3 jours par semaine : des  produits longue conservation (briques de lait, fromage, biscottes sous blister) seront à la disposition des enfants qui n’ont pas pris leur petit déjeuner durant les dix minutes d’accueil, dans la classe en présence de l’enseignant.

 

Des acteurs engagés dans un projet ambitieux

L’Etat financera l’achat des denrées alimentaires. Les personnels communaux auront en charge l’acheminement et l’entreposage des denrées alimentaires, ainsi que la distribution du petit déjeuner aux enfants dans le respect des dispositions législatives ou réglementaires relatives à la sécurité et à l’hygiène alimentaires définies par l’agence nationale de sécurité sanitaire (ANSES). Les équipes d’enseignants conduiront un projet  pédagogique d’éducation à l’alimentation et communiqueront avec les familles. Le directeur ou la directrice et l’infirmière scolaire sensibiliseront les familles et organiseront des temps de rencontre du type ‘café des parents’. Les familles participeront régulièrement à des petits-déjeuners pour s’informer et échanger avec les équipes. Le Coordonnateur de l’Education prioritaire  accompagnera les familles.

 

Des élèves heureux

Que pensent les enfants de ce premier petit déjeuner à l’école ?

Pour Rebecca c’est une première : « En fait, souvent je ne prends pas de petit déjeuner quand je pars de la maison et j’ai le ventre qui gargouille. Aujourd’hui je suis contente de le prendre avec mes copines  ». Aiden insiste sur la qualité de ce qu’il a dégusté : « j’aime vraiment bien prendre mon petit déjeuner à l’école car ils font du bon manger ».

Les mamans voient leurs enfants manger avec étonnement et plaisir :

« D’habitude à la maison mon fils ne prend pas de petit déjeuner. Il n’a pas le temps. Il est trop pressé de partir et là, avec ses amis, ils ont du plaisir à le prendre. Et aujourd’hui  je le vois manger du pain et du beurre avec ses copains ».

Ce premier petit déjeuner pris à l’école est un vrai succès. Les parents et les enfants sont ravis et ils ont hâte de recommencer. Demain matin, les élèves des quatre classes de CP  auront le plaisir de partager aussi  ce moment de convivialité  à l’école.  Dès le mois d’octobre, d’autres élèves des territoires prioritaires auront   aussi la joie de découvrir le dispositif.

Journée de formation ROLL à Châteauneuf sur Loire dans le cadre de la liaison école-Collège.

Le ROLL est un réseau solidaire de mutualisation. Paul BENAYCH, membre du comité national du Réseau des Observatoires Locaux de la Lecture, a animé cette journée, organisée par Mme Coton, inspectrice de l’éducation nationale de Châteauneuf et Mme Sapède principale adjointe du collège de Lorris. Les enseignants du premier et du second degré des secteurs de Lorris et Châteauneuf ont pu bénéficier de cette formation

 Le ROLL propose  une démarche pour apprendre à comprendre les textes écrits. C'est un dispositif qui associe pédagogie de la compréhension et démarche de différenciation. 

 Philippe  Ballé, inspecteur d’académie du Loiret, a tenu à féliciter les enseignants du premier et second degré pour leur implication dans ce dispositif de recherche  Il a souligné la nécessité d’un continuum pédagogique de la maternelle au lycée sur ce sujet essentiel de la lecture et de la compréhension de texte. Il a rappelé que la note de rentrée du ministre a fixé des objectifs et chaque enseignant doit déployer son savoir-faire et son talent au service de ces objectifs pour faire réussir les élèves.

L’agenda de rentrée du directeur académique et de son adjointe en images

Inauguration de l’école René Guy Cadou d’Orléans le jour de la rentrée

  

                 

Rentrée au collège Montjoie de Saran avec le président du conseil départemental

                        

  

 

Rentrée en musique au collège Maximilien de Sully

          

Rentrée au collège Charles Desvergnes de Bellegarde

          

Rentrée au collège Saint  Marc Saint Aignan d’Orléans

          

 

 

Les élèves de l’école René-Guy Cadou découvrent avec plaisir leur nouveaux locaux le jour de la rentrée scolaire

Les élèves de l’école René-Guy Cadou découvrent avec plaisir leur nouveaux locaux le jour de la rentrée scolaire 

Les élèves font leur première rentrée dans leur nouvelle école. Les parents qui les accompagnent sont très nombreux.

Le ruban est coupé par un élève heureux de réaliser ce geste symbolique et aussi très conscient de sa responsabilité. Il est en effet entouré par Philippe Ballé, Inspecteur d’académie, et Olivier Carré, maire d’Orléans.

        

Accompagnés par leur professeure, les élèves interprètent un chant pour cette rentrée en musique. Impatients de découvrir leurs nouvelles classes, ils rejoignent ensuite les enseignants qui les attendent avec la liste de leurs élèves avant de rentrer  dans leur nouvelle école.

        

 

C’est à la place d’un ancien collège que cette école de 17 classes a été construite. Elle permet le dédoublement des classes de CP et CE1 qui créait des besoins d’espaces supplémentaires.

Découverte des lieux pour les enfants et les adultes…

              

 

                  

 

 

 

Rentrée en musique à l'école René Guy Cadou d'Orléans


Accueil des Professeurs des écoles stagiaires à l’INSPE

Philippe Ballé présente son équipe et adresse ses félicitations aux 87 nouveaux stagiaires du Loiret: « Vous avez passé un concours difficile et sélectif. Vous êtes au tout début du chemin et vous allez découvrir le plaisir d’enseigner. Vous allez devenir le référent.  Cela implique l’exemplarité de la posture. Cette rentrée est  placée sous l’angle de la réussite. Elle dépend de l’implication de chacun. Il est donc très important de tisser un lien de confiance avec les familles».

L’inspecteur d’académie évoque aussi les changements et les priorités de cette rentrée. L’école obligatoire avec assiduité pour 25000 enfants qui n’en bénéficiaient pas, le dédoublement pour la fin du quinquennat des classes de grande section CP et CE1 et la création de  pôles inclusifs d’accompagnement localisés (PIAL) qui favorisent la coordination des ressources au plus près des élèves en situation de handicap. Il est aussi très important de sensibiliser les élèves à  l’éco-citoyenneté. L’école a,  sur ce sujet, un rôle majeur pour le pays.

Les vidéos