Danse

Les métiers, ça se danse ! Lycée Ampère (Vendôme) - « Aux Arts, Lycéens ! »

L’Hectare – Territoires vendômois et le lycée des métiers Ampère de Vendôme ont le plaisir de vous inviter à découvrir le film dansé Les métiers, ça se danse !

Projet artistique mis en place et organisé par Mme Chartier- professeure documentaliste, et Hélène Brachet - professeure en arts appliqués, en partenariat avec L’Hectare (Édouard Clément).

Ce projet d’Éducation Artistique et Culturelle a été réalisé dans le cadre du dispositif « Aux Arts Lycéens et Apprentis ! »Les métiers, ça se danse ! est un projet chorégraphique, participatif, collectif et ludique qui s’est déroulé du 22 au 26 mars 2021 au lycée des métiers Ampère. Il a consisté à réaliser un film autour des gestes professionnels des 8 métiers enseignés au lycée.

Abderzak Houmi, danseur et chorégraphe de la Compagnie X-Press (37) et Flavien Denis, vidéaste et metteur en scène de la Wish Association  (41), sont intervenus auprès des 8 classes de Seconde Pro et CAP, soit plus de 120 élèves. Chaque rencontre a été partagée en deux temps : échanges autour des gestes des métiers et improvisations de mouvements chorégraphiés, puis restitution et tournage.

Ce projet a été réalisé grâce au soutien de la Région Centre - Val de Loire, l’Agglomération Territoires vendômois, le Ministère de la Culture et le Ministère de l’Éducation Nationale.

Tous en chaîne, tout s’enchaîne ! Lycée Marceau (Chartres)

Classes ou niveaux concernés / nombre d’élèves :

  • Cadavre exquis 1 : participation du groupe entier de l’enseignement de spécialité art danse de 1ère, soit 17 élèves (15 filles et 2 garçons)
  • Cadavre exquis 2 : participation du groupe entier de l’enseignement optionnel danse de 2de, soit 25 élèves (23 filles et 2 garçons)

Enseignante engagée : Corinne Guillot Fontaine

Enjeu de formation pour les élèves

 L’école est une institution faite pour apprendre ensemble, « un espace symbolique de construction du collectif et du faire société » pour reprendre les propos de Philippe Meirieu. Ce projet a justement permis l’inscription dans un collectif. C’est d’ailleurs ce qui ressort principalement du retour des élèves. Et puis il y a un rapport direct à l’enseignant qui de fait devient incontournable, avec l’envoi de sa vidéo, le retour, le recadrage (au sens propre et figuré ^^), des conseils précis, un « contact » ; ces liens-là sont précieux.

Objectifs et conditions de réalisation

Faire circuler le mouvement entre nous, d’un foyer à l’autre.  Réalisation de cadavres exquis : Les unes et les uns après les autres, chaque élève dans sa cuisine, son jardin… a composé son propre mouvement à partir du dernier geste de son prédécesseur. Confinés chacun de leur côté, ils ont fini par créer une chorégraphie collective, par produire un objet collectif, quelque chose qui leur reste, qui fixe l’éphémère….

Distanciés mais réunis par la danse. Se protéger mais garder le lien, rester enfermé mais s'évader, mettre sa vie un moment entre parenthèse mais la rendre enchantée...voilà notre continuité pédagogique à nous.

Consulter le site des enseignements optionnel et de spécialité danse au lycée Marceau

Vidéo de la classe d'enseignement optionnel danse seconde :

Vidéo de la classe de première de l'enseignement de spécialité

Pensées sur la danse, 100 distance(s) - Lycée Marceau (Chartres)

Classes ou niveaux concernés / nombre d’élèves : 50 élèves de 2des, 1ères et terminales (inscrits en enseignement optionnel danse et/ou spécialité art danse)

Enseignante engagée : Corinne Guillot Fontaine

Enjeu de formation pour les élèves

L’école est une institution faite pour apprendre ensemble, « un espace symbolique de construction du collectif et du faire société » pour reprendre les propos de Philippe Meirieu. Ce projet a justement permis l’inscription dans un collectif. C’est d’ailleurs ce qui ressort principalement du retour des élèves. Et puis il y a un rapport direct à l’enseignant qui de fait devient incontournable, avec l’envoi de sa vidéo, le retour, le recadrage (au sens propre et figuré ^^), des conseils précis, un « contact » ; ces liens-là sont précieux.

Objectifs et conditions de réalisation

Absence des corps, du contact…Le confinement pèse… Besoin de chorégraphier, de nous rassembler dans une chorégraphie de vidéos… Le projet est alors né.

Quelle(s) histoire(s) vous racontez-vous durant ce confinement ? Quelle danse imaginez-vous dans votre espace quotidien ?

Distanciés mais réunis par la danse. Se protéger mais garder le lien, rester enfermé mais s'évader, mettre sa vie un moment entre parenthèse mais la rendre enchantée...voilà notre continuité pédagogique à nous.

Demain l’aube - Le (dé) confinement vu par Thomas Lebrun

Objectifs et conditions de réalisation

Le film réalisé est le message que Thomas Lebrun, directeur du centre chorégraphique national de Tours (CCNT), a choisi d’offrir à cet espace dédié aux projets artistiques en direction des publics scolaires

Thomas Lebrun , éléments de vie…

Thomas Lebrun Interprète pour les chorégraphes Bernard Glandier, Daniel Larrieu, Christine Bastin, Christine Jouve ou encore Pascal Montrouge, Thomas Lebrun fonde la compagnie Illico en 2000, suite à la création du solo Cache ta joie.

Depuis sa nomination au CCNT en janvier 2012, Thomas Lebrun a créé 10 pièces chorégraphiques. Depuis son arrivée au CCNT, il a diffusé un répertoire de 12 œuvres pour plus de 660 représentations en France (Théâtre national de Chaillot, Biennale de la danse de Lyon, Festival d’Avignon…) comme à l’étranger (Belgique, Brésil, Canada, Chine, Corée du Sud, Croatie, Équateur, Finlande, Italie, Hong-Kong, Macao, Pays-Bas, Pérou, Russie, Suisse, Taïwan...).

Par ailleurs, Thomas Lebrun a co-écrit plusieurs pièces, notamment avec Foofwa d’Imobilité (Le show / Un twomen show), Cécile Loyer (Que tal !) et Radhouane El Meddeb (Sous leurs pieds, le paradis). Il chorégraphie également pour des compagnies à l’étranger.

Pédagogue de formation, Thomas Lebrun place la transmission au cœur de sa démarche. Ainsi, il est intervenu entre autres au centre national de la danse de Pantin et de Lyon, au conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris, à la Ménagerie de Verre, au Balletéatro de Porto, à la formation du danseur interprète de Coline, au CNDC d’Angers, etc.

En juin 2014, Thomas Lebrun a reçu le prix chorégraphie décerné par la SACD et, en mars 2017, a été nommé au grade de chevalier de l’Ordre des arts et des lettres.

Mise à jour : janvier 2023