Réciter n'est pas jouer

À propos de cette page
Naviguer dans la rubrique
Partager

 

I- Contexte pédagogique

 

- Cycle / Profil de classe :une classe de 3ème de 29 élèves, très hétérogène, plusieurs élèves en difficulté

 

Travail disciplinaire

 

- Problème posé :grande difficulté de lecture, apprentissage et mémorisation difficiles pour beaucoup, manque de motivation

 

- Objectif principal :lever la barrière de l’apprentissage du texte dramatique pour entrer par le jeu, l’interprétation

 

- Compétences construites:

 

Domaine 1 : les langages pour penser et communiquer

 

- Comprendre, s'exprimer en utilisant la langue française à l'oral et à l’écrit

 

 

Domaine 2 : les méthodes et outils pour apprendre

 

- Organisation du travail personnel

 

- Coopération et réalisation de projets

 

- Médias, démarches de recherche et de traitement de l'information

 

 

Domaine 3 : la formation de la personne et du citoyen

 

- Expression de la sensibilité et des opinions, respect des autres

 

- Réflexion et discernement

 

- Responsabilité, sens de l'engagement et de l'initiative

 

 

Domaine 5 : les représentations du monde et l'activité humaine

 

- Invention, élaboration, production
 

 

- Stratégies pédagogiques :

 

production d’un fichier son sur baladeur pour rassurer l’élève sur le texte

 

prise de conscience de l’importance du jeu théâtral

 

Comparaison de stratégies, justifications des choix effectués

 

 

- Principal outil numérique : baladeur mp3

 

 

- Un exemple de réalisation :

 

      

 

 

Les choix concernant les déplacements, le langage corporel et le jeu de regards sont l’objectif principal de ce travail d’interprétation. L’entrée dans les personnages (et non dans le texte seul) est facilitée.

 

 

II- Mise en œuvre

 

Objectif 1 : Découverte du mythe d’Antigone et de son rayonnement dramatique. Projection du documentaire  « GRANDS RÔLES », Arte – INA : extraits vidéo de mises en scène, interviews de comédiens et de metteurs en scène sur le personnage d’Antigone. Réflexion sur l’interprétation dramatique, comment devenir et incarner un personnage ?

 

Objectif  2 : Choix de courts extraits dramatiques des pièces de Sophocle, Cocteau, Brecht et Anouilh. Chaque élève prend en charge un bref extrait, 10 lignes environ. Il s’agit donc pour les élèves d’une (re) découverte du texte dramatique liée à sa nécessaire interprétation.

 

Objectif 3 : Enregistrement et manipulation du baladeur ou du téléphone portable. L’enregistrement n’est pas forcément expressif. L’important est de fractionner le passage et de ménager des pauses permettant l’écoute entre chaque phrase lue. Les élèves s’entraînent ensuite à écouter puis à dire. Ils s’aperçoivent rapidement que le temps d’écoute est positivement masqué par des gestes expressifs ou des déplacements. Certains préfèrent une écoute simultanée à leur prise de parole, un doublage de la voix. Quelques-uns enfin ont préféré dire leur texte sans outil d’aide : ils avaient mémorisé l’extrait lors de l’entraînement avec leurs camarades. Une réflexion s’engage dans la classe sur le lien entre implication et mémorisation.

 

Objectif 4 : Interprétation devant la classe. Chaque élève propose à la classe son interprétation du passage attribué puis il explique ses choix de mise en voix et de mise en scène. Les autres élèves n’ont pas le texte et doivent ainsi mobiliser leur attention. Suit l’analyse du passage. Co-évaluation : l’élève est évalué par le professeur et par ses pairs. Il s’agit d’une évaluation formative. Lors de l’évaluation sommative ultérieure, les élèves auront appris leurs textes.

 

 

III- Pourquoi utiliser le numérique ?

 

- Lever l’habitude de réciter un texte mais entrer par le jeu, même modestement. Le fait de ne pas lire permet de regarder son interlocuteur, la communication non verbale est assurée.

 

- Familiarité pour les élèves d’utiliser les outils proposés. Il s’agit simplement d’un réinvestissement pédagogique.

 

 

IV – Limites et ajustements

 

Gestion du temps. Il ne s’agit pas de proposer un travail d’interprétation finalisé mais d’entrer dans les particularités du jeu dramatique.

 

Manipulation de l’outil préalable. Certains élèves sont à l’aise immédiatement, d’autres ont besoin d’adapter leurs pratiques (ajout de la mention « stop » à la fin de chaque réplique afin de ne pas être tenté de tout dire en une réplique, jeu de regards pour se passer la parole).

VI – Annexe


Angélique VOISIN

Collège Claude Debussy, La Guerche sur l'Aubois

 

Vers le haut

Pour aller plus loin: le fil RSS Edubase

Fil RSS d'EDU'bases lettres - « Recherche par mots clés (sur le titre et la description) : Oral », « Discipline : Français »,