Du livre à l'audio-livre

À propos de cette page
Naviguer dans la rubrique
Partager

 

I. Le contexte pédagogique


Dans l’enseignement des lettres, le questionnement sur les textes et leur sens induit par la lecture active, cursive et surtout analytique, peut être utilement complété par un travail approfondi, abordé dans le cadre d’une pédagogie de projet .


Dans l’univers culturel, la pratique de l’adaptation audio d’œuvres littéraires, souvent appelée «audiolivre», est ancienne et assez répandue, et va de la lecture enregistrée pour autrui - malvoyants par exemple - à des production plus ambitieuses et commerciales, en passant par les «dramatiques» radiophoniques.


Le pari était ici de transposer un livre en audiolivre, avec comme contrainte la suppression du narrateur  : pas de descriptions, pas de voix off explicative  ; le récit ne repose donc plus que sur les dialogues et les sons d’ambiance.


La production visée à l’issue de ce travail, qui fait office d’objet socialisable, est l’adaptation audio du Meilleur des mondes d’Aldous Huxley, étudié en classe de troisième au cours d’une séquence sur les dystopies au XXe siècle.


 

II. La mise en oeuvre


Ce projet, démarré avec la séquence sur l’ouvrage, a fait l’objet d’un développement sur le long terme dans le cadre de l’«heure quinzaine» prévue à l’emploi du temps de la classe de troisième (4,5 heures hebdomadaires), et divisé en trois phases.


Préparation (6h)


Divisés en petits groupes (par 2 ou 3), les élèves prennent en charge une partie de l’ouvrage, correspondant au départ à un chapitre. Une lecture rapide permet tout d’abord d’envisager le nombre de «scènes» homogènes que celui-ci- comporte  : dans Le Meilleur des mondes, par exemple, le chapitre d’ouverture, écrit sous une forme que l’on peut qualifier de chorale, a nécessité un découpage particulier afin d’isoler les différentes conversations qui se croisent entre de nombreux personnages qui évoluent à l’intérieur d’un même bâtiment, mettant ainsi en lumière la construction complexe du texte.


Dans un deuxième temps, qui constitue le travail d’adaptation proprement dit, il s’agit d’établir un scénario de l’extrait, d’abord en identifiant les sections «utiles» du texte, en isolant les dialogues de l’ouvrage de la narration, puis en y incorporant des dialogues additionnels si nécessaire ainsi que des indications de bruits d’ambiance ou de bruitages.


Exemple de document de travail - phase de préparation

 

Prise de son (4h)

 

Les éléments de scénarios terminés sont ensuite donnés, avec d’éventuels commentaires, aux élèves volontaires pour prêter leur voix à l’un des personnages  ; la prise de son s’effectue aussitôt, en public, avec autant de prises que nécessaire.


Dans la pratique, les prises de son sont intercalées avec les phases de préparation et s’effectuent au fur et à mesure de la sortie des éléments terminés.

 


Montage (4h)

 

Le montage s’effectue en petits groupes, avec les ressources de la salle informatique dans laquelle les ordinateurs ont été équipés du logiciel Audacity  : les prises de son sont découpées, nettoyées, recollées, et on ajoute alors les bruits d’ambiance collectés par ailleurs.

 


Ce travail technique et opérationnel fait partie intégrante de l’exercice, puisqu’il mobilise des compétences d’écoute et d’analyse ainsi qu’un sens aigu de l’objectif final.

 

 

III. Pourquoi utiliser le numérique?

 

Les outils numériques sont indispensables à la réalisation d’un projet de ce type  : un ou plusieurs ordinateurs équipés d’une carte son, d’un micro-casque ou d’un micro et de haut-parleurs sont nécessaires.


Lorsque cela est possible, ce travail se développera d’autant mieux avec le recours aux possibilités du numérique, aussi bien en écriture proprement dite qu’en production multimédia  : essais d’enregistrement audio, images commentées, recherches de sons, de références...


Pour ce projet, la prise de son a été réalisée à l’aide d’un enregistreur numérique audio disponible dans l’établissement, et le montage a fait l’objet d’une prise en main par les élèves du logiciel Audacity installé en salle Informatique Pour Tous.
 

 

IV. Bilan et limites

 

Ce projet montre tout l’intérêt d’une démarche de projet pour l’appropriation de savoirs par les élèves : l’ensemble de l’ouvrage étudié a pu faire l’objet d’une analyse fine sur le plan du sens et de l’utilité narrative dans le cadre d’un travail d’adaptation par l’intermédiaire d’une situation-problème unique  ; le résultat final, qui permet de matérialiser le travail effectué, est mis à la disposition des élèves.


Les points d’attention résident essentiellement dans le maintien de la motivation et de l’attention des élèves sur le long terme ; on peut donc envisager un travail en continu sur une période calendaire plus ramassée, par exemple à l’issue de la séquence d’étude de l’ouvrage.

 

 

V. Socle commun

 

Le pari de la transposition audio d’un texte avec une contrainte forte concernant la narration (absence de narrateur / récitant / voix off) entraîne un travail approfondi d’analyse du contenu et de la portée narrative de chacun des extraits traités  ; parmi les références aux compétences du socle, on peut noter par exemple  :


Domaine 1 : les langages pour penser et communiquer


- Comprendre,s'exprimer en utilisant la langue française à l'oral et à l’écrit

 

Domaine 2 : les méthodes et outils pour apprendre


- Organisation du travail personnel
- Coopération et réalisation de projets
- Médias, démarches de recherche et de traitement de l'information
- Outils numériques pour échanger et communiquer


Domaine 3 : la formation de la personne et du citoyen


- Expression de la sensibilité et des opinions, respect des autres

 

Domaine 5 : les représentations du monde et l'activité humain


- Invention, élaboration, production
 

 

Olivier KAPPES

 

 

Vers le haut

Pour aller plus loin: le fil RSS Edubase

Fil RSS d'EDU'bases lettres - « Recherche par mots clés (sur le titre et la description) : Oral », « Discipline : Français »,