Interpréter numériquement un texte

À propos de cette page
Naviguer dans la rubrique
Partager

 

I- Contexte pédagogique

 

- Cycle / Profil de classe :Cycle 4, troisième

 

- Travail disciplinaire 

 

- Problèmes posés :

- Manque d’autonomie dans la construction de la compétence d’interprétation des textes littéraires

- Difficultés de perception de la continuité des apprentissages entre la troisième et la seconde.
 

 

- Objectif principal :

Construire la compétence d’interprétation des textes littéraires

 

- Compétences construites:

- Produire – communiquer – partager des informations

- Utiliser l'écrit (numérique) pour penser et pour apprendre.

- Elaborer une interprétation d’un texte littéraire

 

- Stratégies pédagogiques :

Il s'agit d'exploiter les fonctions d'un traitement de texte et la possibilité d'"hyperlier" le fichier source à d'autres fichiers pour élaborer une interprétation d'un poème inconnu de René Char. Les feuillets les plus longs de Fureur et Mystère sont choisis en lecture analytique préalable et pour l'activité finale car ils paraissent moins difficiles à comprendre que les feuillets plus concis.
 

 

- Principaux outils numériques :

- Traitement de texte dans toutes ses fonctions ( commentaire, surlignage du texte en couleurs, hyperliens...)

- Outils d’enregistrement

- Pads collaboratifs

- Espace Numérique de Travail du collège

 

 

II- Mise en œuvre

 

Etape 1: Entrer activement et en confiance dans la tâche (1 h)

 

Présentation de la tâche de fin de séquence: compréhension des enjeux de la consigne,  identification des points d'appui afin de rassurer les élèves dans leur capacité à réussir le projet, retour sur les productions orales et écrites de l’année et des années antérieures qui ont permis de construire la compétence d’interprétation, par exemple, les lectures expressives, les appareillages sur support papier des lecture analytiques précédentes, les comptes-rendus des lectures analytiques, les comptes-rendus de lecture cursive, les points de méthode sur l’argumentation en lien avec l' interprétation (question d'interprétation au brevet).

 

Étape 2: Utiliser les outils existants et acquérir de nouveaux outils permettant de construire la compétence d’interprétation des textes littéraires ( 4 heures).

 

Les lectures analytiques des poèmes de Char alternent avec séances d'appropriation des outils d'interprétation et la réactivation d’outils existants.
 

Étape 3: Affiner l’objectif (1 heure).

Les élèves explicitent la consigne et élaborent leurs étapes de travail pour réaliser la tâche. Ils construisent en partie la grille. Il leur est proposé d'observer un exemple modalisant sur un texte travaillé en début d'année pour ceux qui en ressentent le besoin.

 (voir la consigne) (voir la grille)

 

 

Étape 4: Appareiller numériquement les textes : comprendre et interpréter un texte seul et en groupe (entre 3 et 4 heures selon les élèves).

 

1. Les élèves, durant un temps de lecture individuelle, appareillent leur poème sur un "fichier source": il s'agit du fichier qui sert de point de départ aux repérages: toutes les annotations qui leur paraissent apporter du sens sont encouragées (voir 2 exemples de "fichier source" dans les productions des élèves: exemple 1 - exemple 2). Pour ce faire, ils utilisent les outils du traitement de texte. Par exemple, ils classent des ensembles de mots avec la fonction surlignage, il annotent le texte en utilisant la fonction commentaire. 

 

Ils débutent la création de leurs "fichiers hyperliés" au "fichier source": ils peuvent "hyperlier"  au "fichier source" tout fichier son, image ou texte si cela leur paraît justifié.

 

2. Les élèves échangent au sujet de leurs travaux. Ils développent un argumentaire justifiant leurs choix d’appareillage. L’échange a lieu sur PAD pour certains (voir exemple), de vive voix pour d'autres.

 

3. A l'issue des échanges, ils reviennent sur les appareillages de l'étape 1 afin de préciser, expliquer, structurer le "fichier source"et les "fichiers hyperliés".

 

 

Étape 5: Poser un regard critique sur sa production (Au fur et à mesure et 1 heure)

 

Les contours de la tâche sont précisés et reformulés tout au long de l'élaboration des dossiers. Un temps de bilan est pris pour observer ensemble chaque dossier, un temps collectif est pris pour consulter les dossiers des uns et des autres.
 

 

III- Pourquoi utiliser le numérique ?

 

L'appareillage avec les hyperliens n'est possible que numériquement. Le fait d'"hyperlier" et de justifier son hyperlien permet d'évaluer la compétence d’interprétation du texte littéraire. De plus, les hyperliens et annotations sont à la fois des outils pour évaluer les progrès dans l'élaboration du sens de la lecture et de l' interprétation et à la fois des supports d'expression artistique. Par ailleurs, l'argumentation est également au centre de cette activité dans le bilan.
 

 

IV – Limites et ajustements

 

La majorité des élèves a été en difficulté lorsque, face à un texte "nu", sans question, sans appareillage, sans consigne, il leur a été laissé la liberté de repérer ce qu'ils comprennent et ressentent dans des annotations. Cette étape a été travaillée à plusieurs reprises dès le début de l'année scolaire.

 

Le passage du recours intuitif à l’argumentation à un usage plus maitrisé pourrait faire l'objet de séances spécifiques.

 

La grille d'évaluation peut gagner en efficacité car l'évaluation de la qualité de l'argumentation apparaît dans les capacités deux et trois à la fois.

 

 

V – Annexes

 

Grille d'évaluation

Consigne

Exemples de productions: deux dossiers dont le degré d'acquisition des compétences est  différent. Voir le dossier 1  -  Voir le dossier 2

 

 

VI – Bibliographie - sitographie

Alexandra Saemmer, Rhétorique du texte numérique. Figures de la lecture, anticipations de pratiques, Villeurbanne, Presses de l'Enssib, coll. « Papiers », 2015, 276 p., ISBN : 979-10-91281-45-4.

 

Séverine Tailhandier Cazorla, Dynamiques de l’écriture dans l’apprentissage de la lecture analytique au secondaire : les apports des verbalisations écrites dans les interactions texte-élèves et dans l’élaboration du sens. « Pratiques » 161 – 162, 2014

 

Faire place au sujet lecteur en classe :Quelles voies pour renouveler les approches de la lecture analytique au collège et au lycée ? Anne Vibert, 2011

http://eduscol.education.fr/lettres/im_pdflettres/intervention-anne-vibert-lecture-vf-20-11-13.pdf

 

Jane DREVETON

Collège Alain Fournier, Valençay

 

 

Vers le haut

Pour aller plus loin: le fil RSS Edubase

Fil RSS d'EDU'bases lettres - « Discipline : Français », « Type d'activités pédagogiques : Lecture détaillée de textes »,