Fabriquer un carnet de lecteur numérique

À propos de cette page
Naviguer dans la rubrique
Partager

 

I- Contexte pédagogique

 

Niveau / classe : cycle 4 / troisième

 

Problème posé : La pratique de la lecture personnelle, apte à enrichir les horizons d'attente, nourrir l'imaginaire des élèves est une parente pauvre de notre enseignement, trop souvent confondue avec la lecture cursive. Le professeur de français a pour rôle d'amener tous les élèves à rencontrer des œuvres qui sortent de la programmation du cours, en proposant des séances au CDI, lieu privilégié où s'exprime l'expertise du professeur documentaliste.

 

Objectif principal : Ce scénario, proposé en 3ème, a pour but de souligner comment le numérique peut permettre de rendre compte de ces lectures personnelles : les élèves peuvent partager leur lecture sous une forme numérique simple, Padlet, et donner envie à leurs camarades de lire à leur tour.

 

Stratégies pédagogiques :

Pour développer le goût de la lecture personnelle, il est proposé en début d’année scolaire un premier emprunt, celui d’une bande dessinée parmi une sélection faite par ma collègue documentaliste, Céline Meunier. Le choix de la bande dessinée est fait pour plusieurs raisons : la difficulté de lecture est moindre et cela permet une gradation tout au long de l’année car les deux emprunts suivants sont des romans. De plus, le choix de la bande dessinée est motivé par l’attention particulière portée à l’analyse de l’image (couverture) comme entrée dans l’implicite du texte. Cette séance, faite au CDI, permet de montrer que la bande dessinée, n’est pas un sous genre littéraire. Puis, après la lecture, les élèves préparent de manière autonome un compte rendu sur Padlet, qu’ils proposent oralement individuellement en cours de français, trois semaines plus tard.

 

Principaux outils numériques : site Padlet / ordinateur et vidéo projecteur pour la présentation orale.

 

 

Un exemple de réalisation :

 

 

 

II- Mise en œuvre

 

1)    A la rencontre du livre au CDI :

 

Cette séance a lieu au CDI afin que les élèves soient au contact de l’objet livre. Une sélection de bandes dessinées est disposée sur chaque table. Les élèves sont invités à donner les caractéristiques du genre qui vont leur donner des indices pour faire leur choix d’emprunt (titre, illustration, type de graphismes, nom d’auteur, genre…). Puis, ils sont invités à déambuler entre les tables, à feuilleter les bandes dessinées afin de sélectionner des ouvrages. Ensuite chaque élève, par ordre alphabétique (pour ce premier emprunt de lecture personnelle), se lève pour faire son choix et enregistrer son emprunt. Cette étape apporte de l’émulation car les élèves sont aux aguets pour vérifier que leur choix favori n’est pas pris. Cela apporte de la valeur à leur sélection.

 

 

2)    La présentation du travail à faire :

 

Dans un deuxième temps, durant la même heure, les objectifs du travail sont présentés, ainsi que le délai donné (trois semaines) :

 

-    L’objectif principal est de rendre compte de sa lecture et de donner envie à ses camarades d’emprunter l’ouvrage : il s’agit donc d’être clair et convaincant.

 

-    L’idée est également de s’entrainer devant un auditoire en utilisant un support numérique dont l’élève peut se détacher, afin de préparer des oraux plus institutionnels comme l’oral de rapport de stage et bien sûr, l’oral du DNB.

 

-    Enfin, à travers les éléments analysés, il s’agira de vérifier que l’élève sait analyser une couverture afin d’en dégager les éléments explicites et implicites de l’intrigue.

 

Pour ce faire, plusieurs consignes sont données aux élèves :

 

a)    Description de la couverture : quels éléments se trouvent sur cette couverture ? L’élève doit d’abord décrire l’image, le titre… et en dégager les présupposés qu’il perçoit. Ce travail a pour but de montrer que chaque élément choisi a son importance.

 

b)     Une couverture, reflet de l’intrigue ? Cette fois, l’élève est invité à utiliser sa connaissance de l’histoire pour analyser les choix faits par le dessinateur, l’éditeur et le scénariste. Cette étape permet une première prise de recul.

 

c)    Choix d’un personnage préféré : L’élève est invité à choisir un personnage et à donner ses arguments pour le justifier. Cela permet l’identification à un personnage, qui favorise le plaisir de lire.

 

d)    Recommandation de la bande dessinée aux camarades ? L’élève doit donner son avis de lecteur et développer des arguments pour convaincre ses camarades de l’emprunter ou non.

 

 

3)    Un outil de présentation au service de l’oral : Padlet.

 

Dans un troisième temps, l’outil Padlet est montré aux élèves. Il est demandé aux élèves de l’utiliser comme aide, donc de présenter les post-its sous formes de notes. La grille d’évaluation (donnée en annexe) est également présentée afin que les élèves sachent sur quels critères ils seront évalués.

 

4)    L’immersion dans la bande dessinée.

 

Avant la fin de cette séance, du temps est donné aux élèves pour débuter la lecture. Ce temps silencieux favorise la concentration des élèves, trop souvent happés en dehors de l’école par d’autres tentations. Il est proposé à l’issue du cours aux élèves de changer d’ouvrage si la bande dessinée ne leur plait pas.

 

5)    La présentation en classe

 

Après le délai accordé, les élèves présentent en cours de français leur travail. Un temps d’échange est donné aux autres élèves pour poser des questions et proposer des conseils sur la prestation de leurs camarades.

 

 

III- Pourquoi utiliser le numérique ?

 

L’outil Padlet présente plusieurs atouts :

 

-    sa prise en main est facile et permet d’intégrer des images, du texte, des vidéos, des hyperliens aisément.

 

-    Visuellement, il donne une vue d’ensemble des éléments grâce aux post-its que l’on peut intégrer sur le mur, selon l’ordre que l’on souhaite (en colonnes, libre…).

 

-    Rapidement, les élèves peuvent créer un outil de présentation esthétique grâce aux papiers peints proposés en fond d’écran.

 

 

IV- Compétences

 

Domaine 1 : Les langages pour penser et communiquer

 

Comprendre, s’exprimer en utilisant la langue française à l’oral et à l’écrit (composante 1 du domaine 1)

« Sans que soient exigées de l’élève une correction absolue dans l’expression et une maîtrise complète des techniques de l’exposé et du débat, on attend de lui :

 

• qu’il soit capable d’une prise de parole continue d’une durée variable selon les types de discours (de cinq à dix minutes au maximum, si le propos croise narration, description, opinion et argumentation; moins s’il s’agit d’une seule de ces composantes), avec quelques relances de la part du professeur si nécessaire;

 

 • qu’il puisse exprimer une impression, un avis, une opinion de manière raisonnée, en respectant les formes d’un oral codifié et socialisé;

 

• qu’il sache faire preuve d’une relative liberté dans sa prise de parole par rapport à ses notes de préparation.

 

 

Sans exiger d’un élève, en fin de cycle, qu’il soit capable d’une lecture experte et d’une interprétation approfondie d’un texte littéraire, on attend de lui qu’il soit en mesure de proposer de manière autonome :

 

• sa compréhension d’un texte inconnu d’environ trente lignes ou d’un document associant image et énoncé écrit, en s’appuyant sur des éléments d’analyse précis et en mobilisant ses connaissances linguistiques et culturelles ;

 

• un compte rendu de ce qu’il retient de la lecture d’une œuvre et la mise en évidence de l’essentiel d’un texte long. »

 

 

Domaine 2 : Les méthodes et outils pour apprendre.

 

• Choisir et utiliser différents outils et techniques pour garder la trace de ses activités et/ou recherches et permettre un entraînement au travers d’un travail personnel.

 

• Utiliser des outils numériques pour réaliser une production (scientifique, artistique, motrice, expérimentale, document multimédia…).

 

• Utiliser des outils et espaces numériques pour échanger, stocker, mutualiser des informations.

 

Rappel des programmes : extrait du BO spécial du 26 avril 2018, « Lecture : construire le parcours d'un lecteur autonome »

« Partager ses lectures : le plaisir de lire et de mieux comprendre

L'École est aussi un lieu de présence, de partage et d'échange du livre (autre que le manuel scolaire), qui doit être constamment visible et accessible dans l'espace scolaire, dans le coin lecture de la salle de classe et dans les bibliothèques à l'école primaire qui se doivent d'être accueillants et chaleureux, dans les centres de documentation et d'information au collège qui facilitent l'accueil des élèves dans ce but. Les enseignants organisent et encouragent la circulation des livres. »

 

 

V – Limites du projet

 

Comme l’outil utilisé n’est pas institutionnel, le professeur doit créer lui-même un ou plusieurs comptes sur Padlet car les élèves ne peuvent pas s’en créer. S’il veut que les élèves aient des accès différents, il va utiliser autant d’adresses électroniques qu’il souhaite créer de comptes. Dans le cas où un seul compte regroupe tous les travaux d’élèves, le risque potentiel est que certains élèves modifient le travail d’un camarade. C’est ce qui s’est passé pour une classe de 5ème avec qui j’ai mené un projet similaire. Il s’agit donc d’être vigilant en créant plusieurs comptes et en demandant aux élèves d’exporter leur travail terminé en image (voir tutoriel ci-dessus).

 

 

VI – Annexe

 

Grille d'évaluation

 

Christelle DELAS-BERTHEL
Collège Blois-Vienne, Blois

 

 

 

Pour aller plus loin: le fil RSS Edubase

Fil RSS d'EDU'bases lettres - « Discipline : Français », « Type d'activités pédagogiques : Lecture détaillée de textes »,