Bible et peinture : apport du numérique en Lettres

À propos de cette page
Naviguer dans la rubrique
Partager

 

I- Le contexte pédagogique

 

Le travail proposé a fait l'objet d'une séance à la fin d'une séquence consacrée à l'étude de la Bible dans une classe de sixième, après une séance sur les étapes de la Passion (la Cène, le reniement de Pierre, l'arrestation au mont des oliviers), et la comparaison avec notre calendrier (comprendre l'origine des jours fériés...).

 

Objectifs pédagogiques

 

Le but de cette séance est de vérifier la connaissance et la compréhension des étapes de la Passion à travers l'étude de différents tableaux représentant le Christ.


Cette étude permet d'atteindre d'autres objectifs:


- Développer la capacité d'analyse de l'image chez les élèves. Dès la sixième, ils doivent en effet être sensibilisés à cela:
"L'étude de documents iconographiques, de visites de monuments ou de musées accompagnent la lecture de textes pour l'approche de grands mythes de l'Antiquité."

Programmes de sixième, Lecture, texte et image.


- Faciliter le travail en binôme et aborder l'argumentation au sein du groupe car les élèves doivent se mettre d'accord sur les réponses. De même, on abordera la visée argumentative des tableaux (renforcer la foi).


- Étudier différemment le fait religieux en classe.


- Comparer quatre tableaux de peintres italiens de la Renaissance, provenant tous du site du Louvre (www.louvre.edu):


a) La Mise au tombeau de Bartolomeo Schedone ( Modène 1578- Parme 1615) (courtoisie texteimage. Photographie Erich Lessing)


b) Le Christ en croix adoré par deux donateurs peint par Le Greco (Crète 1541- Tolède 1614) (courtoisie texteimage. Photographie Erich Lessing)


c) Le Christ au jardin des oliviers par Nicolo da Foligno (1430-1502) (courtoisie texteimage. Photographie Erich Lessing)


d) Jésus-Christ montant au Calvaire de Francesco Bassano (Bassano 1549-Venise 1592) (courtoisie texteimage. Photographie Erich Lessing)

 


Projet

 

L'étude de la Bible me semble toujours délicate car on peut facilement être taxé de prosélytisme. L'analyse de textes de l'Ancien Testament est plus facile puisqu'ils sont communs aux religions monothéistes. Comme la fin de la séquence est consacrée à la découverte du Nouveau Testament, j'ai trouvé pertinent de lier textes fondateurs et peinture. Cela souligne la résonance universelle de ces textes. De plus, cette séance permet de vérifier que les élèves ont compris les étapes de la Passion (ici, l'arrestation au jardin des oliviers, la montée au Calvaire, la crucifixion et la mise au tombeau).

 

 

II- La mise en œuvre


Pré-requis techniques


Il faut que les élèves soient capables de rechercher seuls des documents placés dans le serveur et qu'ils puissent les étudier simultanément.


L'utilisation d'une salle informatique en réseau est impérative. Pour plus de commodité, on pourra utiliser un vidéo-projecteur lors de la mise en commun des questions afin d'observer ensemble des détails des tableaux étudiés.
 


Description de l'activité:


L'idéal est de disposer de la salle durant deux heures parce que la mise en place est toujours plus longue que prévue.


Dans un premier temps, les élèves recherchent les documents dans l'ordinateur, enregistrés sur le serveur. Il existe parfois des dossiers par classe ou par discipline: il faut donc les stocker dans le dossier le plus facilement accessible pour les élèves.


Dans le même temps, un questionnaire (cf ci-joint) est distribué aux élèves qui servira de base pour la séance. Dans le cas où la classe est en groupe, chaque élève dispose d'un ordinateur. Sinon, ils peuvent travailler à deux.


Les documents n'ont pas de titre, les élèves doivent retrouver le véritable titre et surtout les classer dans l'ordre chronologique de la Passion. Ils réinvestissent ainsi leurs connaissances de la séance précédente.


Puis après une première mise en commun, à nouveau les élèves travaillent de façon autonome pour observer les quatre tableaux et mettre en évidence les différences et les points communs dans la façon de représenter le Christ. Une deuxième mise en commun et l'écriture d'une synthèse viennent clore cette séance.

 

 

III- Pourquoi utiliser le numérique ?

 

    Le texte évolue devant les yeux des élèves au gré de leurs propositions tout en restant à tout moment clair et lisible. L'enseignant optimise ainsi l'espace de visualisation collectif dans une manipulation des textes par l'ensemble de la classe qui sécurise les élèves en difficulté.


Le recours au TBI place la classe dans une démarche inductive où la méthode d'élaboration du brouillon passe par des propositions, des hypothèses, des manipulations envisagées par l'ensemble de la classe. Ainsi, l'hétérogénéité est-elle mieux gérée pour devenir une véritable richesse. Chacun apporte sa contribution et participe à la définition d'une méthode de travail.


Le TBI autorise les erreurs grâce au retour à un état du texte antérieur. Ainsi, ces dernières deviennent une source de réflexion, de progrès pour toute la classe qui en même temps envisage les modifications à apporter mais également les écueils à éviter. De cette façon, l'enseignant relèvera moins d'erreurs dans les productions suivantes.


Ce transfert de compétences entre le travail collectif et celui mené individuellement sera d'autant plus efficace que le TBI permet de garder une trace du cours qui, une fois exportée et déposée sur le site de l'établissement, permet à l'élève de consulter pas à pas la méthode, de se l'approprier et de la réutiliser lors d'une production personnelle.

 

 

IV- Les limites de la démarche

 

Cette séance clôt la séquence sur l'étude de la Bible de façon dynamique car l'élargissement culturel et l'ouverture vers un autre art mettent en évidence l'importance de la religion chrétienne dans notre civilisation en rendant les élèves acteurs.


Évidemment, cette séance ne peut pas remplacer une visite du musée et cette séance limite l'étude à quatre tableaux alors que de nombreuses autres œuvres seraient intéressantes (notamment la Cène de Léonard de Vinci).

 

V- Validation du B2i

Cette séance peut permettre de valider certains items du B2I:


- Domaine 1: S'approprier un environnement informatique de travail


C1.1. Je sais m'identifier sur un réseau ou un site et mettre fin à cette identification.
C1.2. Je sais accéder aux logiciels et aux documents disponibles à partir de mon espace de travail.


- Domaine 3: Créer, produire, traiter, exploiter des données.


C3.7. Je sais traiter un fichier image ou son à l'aide d'un logiciel dédié notamment pour modifier ses propriétés fondamentales.
 

 

Christelle DELAS
Collège Blois-Vienne, Blois

 

 

Vers le haut

Pour aller plus loin: le fil RSS Edubase

Fil RSS d'EDU'bases lettres - « Discipline : Français », « Type d'activités pédagogiques : Lecture détaillée de textes »,