Journée d’inaugurations au lycée Thérèse Planiol de Loches

|   actualité DSDEN37
Partager

Le Directeur académique s’est rendu le 28 septembre au Lycée Thérèse Planiol de Loches, en compagnie de Monsieur François Bonneau, le Président de Région, de Madame La Préfète Corinne Orzechowski, des élus locaux et du personnel de direction du lycée.

Un plateau numérique composé de trois salles d’une superficie totale de 400 m2 a tout d’abord été inauguré. Financé par la Région, celui-ci sera mis à la disposition de la toute nouvelle promotion du bac pro « Systèmes numériques ».

L’inauguration officielle du Lycée Thérèse Planiol, né de la fusion du Lycée professionnel Delataille et du Lycée général Alfred de Vigny s’est ensuite tenue. Ce moment a permis de mettre en lumière le parcours hors-norme de Thérèse Planiol.

Parcours de Thérèse Planiol (1914-2014) :

Placée par l’assistance publique dans deux familles d’accueil dès l’âge de trois mois, ses chances de réussite sociales et professionnelles semblent sérieusement remises en question. Elle développe néanmoins un goût prononcé pour les études et se lance dès l’obtention du brevet, dans des études scientifiques au lycée Jeanne d’Arc de Clermont Ferrand, où elle obtient son baccalauréat avec les félicitations.

Cependant, elle se voit refuser son inscription en médecine par l’Assistance Publique, les études étant trop longues et la médecine n’étant pas un métier pour une femme! Elle s’oriente alors vers une licence de sciences.

Lors de la Seconde Guerre Mondiale qui réquisitionne les médecins sur le front, elle est enfin autorisée à poursuivre des études de médecine et elle obtient l’internat avec les félicitations en 1946.

Elle rencontre rapidement une forte notoriété pour ses travaux dans le domaine des examens non invasifs, puis est reçue major et première femme agrégée de physique médicale le 19 décembre 1962.

Thérèse Planiol quitte ensuite Paris pour Tours où elle réunit divers spécialistes qui participent activement entre 1968 et 1980 au développement technologique des techniques non-invasives et à leurs applications cliniques dans tous les secteurs (recherche, neurologique, obstétrique, cardio-vasculaire, médecine interne, néphrologie, endocrinologie, hématologie…).

Durant cette période, elle participe notamment à la rénovation de l’enseignement de la Biophysique, forme quatre agrégés, crée trois services hospitaliers, lance des équipes de recherche de très haut niveau, préside plusieurs sociétés savantes ainsi que des congrès et participe au développement d’une collaboration avec l’industrie.

Elle crée ensuite une fondation de recherche sur le cerveau reconnue établissement d’utilité publique en 2005.

Thérèse Planiol est élevée au grade de Commandeur de la Légion d’Honneur en avril 2011.

Elle décède le 8 janvier 2014.

Retour