Back home! Départ des assistants

|   actualité DSDEN45
Partager

L’année scolaire est arrivée à son terme pour les assistants en langue vivante. Début mai, les assistants anglais, américains et néo-zélandais ont bouclé leurs valises. Ils ont, pour la plupart d’entre eux, quitté leurs élèves avec émotion après sept mois passés dans les classes.

Ce qu’ils ont découvert avec plaisir

Les assistants nous envient notre rythme de vie. Ils se sont totalement approprié la pause méridienne de deux heures ou le goûter. Ils adorent aussi s’asseoir à table pour prendre leurs repas, ce qui n’est pas habituel pour eux.

Les assistants ont aussi découvert avec plaisir les marchés pittoresques, les châteaux, la brocante du samedi à Orléans, les petits bars de la rue de Bourgogne, les baguettes et la pâtisserie française.

Ce qui les a étonnés

Les assistants ont tout d’abord été surpris par les ‘bisous’ spontanés et les câlins  des jeunes élèves car cette habitude n’existe pas dans leurs pays. Finalement, certains ont adopté notre mode de vie avec plaisir.

Ce qui les a gênés

Les assistants évoquent  tous « the paperwork », mot transparent qui évoque à la fois la bureaucratie et la paperasserie françaises. Ils attribuent une mention spéciale à la CAF, à la CPAM et à l’ensemble des acronymes.

A leur arrivée, les assistants ont été un peu effrayés de constater que le français enseigné dans leur pays ne ressemblait pas à ce qu’ils entendaient. Après une immersion de plusieurs mois et de réels progrès, certains ont même découvert l’argot avec leurs amis français.

Ce qu’ils ont appris

Les réponses des assistants touchent des domaines différents. Certains évoquent le fait de s’approprier le « French way of life » et expliquent qu’ils ont appris à s’ouvrir à la culture du pays dans lequel ils sont restés sept mois. D’autres insistent sur leur fonction d’assistant. Ils ont appris à prendre en charge un groupe  et à enseigner leur langue en utilisant des stratégies adaptées à l’âge des élèves. Quelques assistants n’ayant jamais quitté le cocon familial ont appris à s’organiser à la fois dans leur vie personnelle et dans les différentes démarches liées à la vie à l’étranger. Une assistante a fait le choix de vivre en colocation avec des français pour découvrir leur mode de vie au quotidien et construire de vraies relations.

Les assistants ont tous progressé en français. Ils ont aussi beaucoup « grandi » au cours de ces six mois.

Une assistante  exprime très bien cette évolution : “I live on my own with a salary. I know how to work with little kids, my first time ! I’m an adaptable, patient and adventurous adult ”.

Que pensent-ils de leur expérience ?

Ils sont heureux et plutôt fiers d’avoir préparé avec soin et mené des activités dans les classes. Ils ont adoré enseigner à l’école primaire car les enfants sont spontanés, curieux et enthousiastes à l’idée d’apprendre l’anglais. Ils ont été étonnés et ravis de voir les élèves leur parler spontanément en dehors de la classe. 

Les assistants ont aussi très sensibles à l’accueil des enseignants qui, pour certains, les ont invités à diner chez eux.

Ce que les assistants ont préféré dans les méthodes d’enseignement en classe ? Comme chaque année, c’est l’ardoise qui est pour eux un outil magique totalement inconnu dans leurs pays et « So French » !

Et du côté des élèves ?

La présence des assistants étrangers est toujours un vrai bonheur pour les élèves. Ils  participent avec enthousiasme aux activités séances d’anglais. Les assistants sont des locuteurs natifs. Ils partagent leur langue et leur culture avec les enfants. Ils chantent, lisent des albums et jouent avec les élèves et ils sont garants de l’authenticité.

Retour
De gauche à droite : Kelly, Kyla, Frederik, Arika, Sam, Rosie, Katharine, Meghan, Jenna, Beth