De-Drop : projet européen sur le décrochage des adultes en formation

À propos de cette page
Naviguer dans la rubrique
Partager

Projet européen De-drop dans le cadre d'Erasmus+

 

  Publics concernés par le projet : les adultes (y compris les jeunes) en situation de précarité et non diplômés, en risque d’exclusion et de décrochage.

  Consortium de 4 partenaires européens : 

  • l’ISFCE (Belgique), porteur du projet ;
  • le GIP FTVL-IP (France) en charge de la coordination s’agissant de la collecte des outils et des pratiques des partenaires ;
  • l’Université des sciences de Budapest (Hongrie) ;
  • l’Université d’Aruba (Pays Bas).

  Les deux objectifs : 

  • Permettre de partager les ressources et expériences des partenaires sur le thème du décrochage adulte ;
  • Trouver des solutions pour lutter contre le décrochage et la démotivation des adultes en formation.

   24/11/2018 - 23/07/2021

Le projet est organisé autour de multiples séminaires : 

  • Décembre 2018 à Bruxelles (ouverture) ;
  • Janvier 2020 à Aruba ;
  • Mai 2020 en Belgique ;
  • Octobre 2020 en France ;
  • Juin 2021 en Belgique (clôture).

Si vous souhaitez en savoir davantage sur les travaux du séminaire en 2018,  vous pouvez consulter cet article d'actualité. 

Pour suivre les avancées du projet, retrouvez :

 

Contacts : aurelie.avezard@ac-orleans-tours.fr - Elisabeth.fazilleau@ac-orleans-tours.fr

Séminaire De-Drop à Aruba - Janvier 2020

Au cours des travaux au mois de janvier 2020 à l'Université d'Aruba, les partenaires ont fait émerger les causes qui peuvent conduire une personne à abandonner sa formation ; ils les ont ensuite catégorisées selon trois dimensions :

  • Dimension individuelle / personnelle ; ici se posent les questions de la motivation, de l’engagement et de ses conditions.
  • Dimension institutionnelle, au sens de l’organisme de formation ; cette dimension renvoie à la formation des formateurs, aux modalités d’accueil et d’accompagnement des publics, ainsi qu’aux modalités pédagogiques, et d’évaluation.
  • La dimension liée au système éducatif du pays, au contexte social, politique économique et au cadre législatif. 

Chaque partenaire a ensuite :

  • constitué un groupe de formateurs concernés par la problématique ;
  • identifié des groupes d’apprenants, jeunes et/ou adultes, où le risque d’abandon de formation est plus avéré ;
  • mis en œuvre des ateliers avec les formateurs et les apprenants pour identifier les causes majeures et des leviers d’action possibles.

 

Le partenariat entre dans la phase 3 du projet qui vise à : 

  • Tester dans chaque contexte des pays partenaires, les approches et les ressources issus des travaux réalisés ;
  • Identifier les bonnes pratiques ;
  • Rédiger un vade mecum en anglais et en français.