Thomas Pesquet au Lycée Jean de la Taille de Pithiviers

|   actualité DSDEN45
Partager

Une belle rencontre entre François Nayrac, proviseur, Marianne Dubois, députée et Lionel Suchet, directeur du CNES. Ensemble, ils décidèrent en 2016 de proposer aux élèves de l’établissement une aventure extraordinaire : suivre, depuis la terre, l’astronaute Thomas Pesquet lors de sa mission à bord de la station spatiale internationale.

Première étape

Le lycée Jean de la Taille fait partie des six lycées retenus au niveau national pour un partenariat avec le CNES autour de Proxima. Il est même le seul lycée professionnel !

Jeudi 13 octobre 2016. Trois ingénieurs du Centre National d’Etudes Spatiales liés à la mission Thomas Pesquet concrétisent un partenariat avec le lycée. Sébastien Barde est le chef de la mission. Alain Millet est chargé des expériences dans le domaine de la physiologie et Elisabeth Vallora contrôle le projet. Une réunion plénière avec les élèves et les enseignants est organisée.

 Plus de  2 ans avant la mission, les élèves ont déjà la tête dans les étoiles. Ils suivront l’aventure de Thomas et lui poseront des questions au cours de son épopée dans la station spatiale internationale. Quatre-vingts élèves sont impliqués.

Le début de l’aventure

Le 17 novembre 2016, après 7 ans de préparation et un bouquet de fleurs sur la tombe de Youri Gagarine, c’est le grand jour.  L’équipage de l’expédition 50 constitué de 3 astronautes décolle à bord d’un Soyouz MS-03  à destination de la station spatiale internationale. Péguy Whitson, fait partie des astronautes les plus expérimentés de la NASA et commande la mission. Oleg Novitski  se rend pour la seconde fois dans la station spatiale internationale.  Thomas est ingénieur de bord dans le Soyouz. L’équipage rejoint 3 autres astronautes déjà dans la station depuis 3 mois.

Et en même temps au lycée…

Pendant le séjour dans l’espace de Thomas Pesquet, deux projets se  concrétisent : la construction d’une salle polyvalente et le projet « En route vers l’ISS »  élaboré et porté par dix enseignants et vécu par quatre-vingts élèves des filières industrielle et hôtelière. Les dimensions littéraires, historiques, culinaires, sporives et scientifiques sont aussi abordées et étudiées.

De nombreuses activités sont mises en place dans les classes parmi lesquelles la construction d’une cloche à vide, la découverte de la préparation physique des astronautes durant un cycle EPS, une sortie de 2 jours à la Cité de l’Espace à Toulouse, la confection d’un « Pithiviers » fondant, la conférence du professeur Arbeille, directeur de l’unité médecine physiologie spatiale et l’exposition et l’intervention de M. Poiget, peintre de l’espace.

Grâce aux différentes publications, photos, tweets de Thomas Pesquet, les élèves « vivent » l’aventure de leur héros au quotidien.

Les missions de Thomas

De nombreuses expériences scientifiques, physiologiques et médicales sont menées en micropesanteur. L’astronaute présente une partie de ses activités de recherche : « on étudie les modifications dans l’espace. L’idée, c’est de trouver des moyens pour mieux soigner les patients qui souffrent de maladies neuro-musculaires. On étudie aussi la différenciation cellulaire et l’embryogénèse en micropesanteur ». De nombreux travaux concernent la physiologie. La dépense énergétique, l’atrophie musculaire, la connaissance de l’horloge biologique sont aussi quelques sujets étudiés parmi la centaine d’expériences menées.

Le retour du héros 

Après six mois passés dans la station, Thomas Pesquet  retrouve la terre ferme le 2 juin 2017. La période qui suit la mission est très difficile car le corps a fonctionné différemment dans l’espace et doit être « rééduqué ».

Le lycée, qui a partagé  l’aventure, décide de rendre honneur à l’astronaute en créant « l’Espace  Thomas Pesquet » et lui demande de l’inaugurer. Très sollicité par ailleurs, l’astronaute accepte néanmoins l’invitation du proviseur et son équipe car ce lieu d’éducation donne du sens à sa visite : « c’est à force de travail et de motivation que j’ai pu accomplir mon rêve. Il ne faut pas se satisfaire d’une réussite facile. Il faut rencontrer des difficultés pour progresser, aller plus loin ».

Vendredi 8  juin : le jour J

Les élèves sont  fébriles. Alicia, Dimitri et Mehdi ont participé à l’organisation du cocktail. Ils n’imaginaient pas pouvoir rencontrer un jour une personne aussi célèbre. « c’est moins stressant que si c’était le président de la république mais c’est stressant quand même… C’est quelqu’un qu’on voit toujours à la télé et tout d’un coup, il est là, dans notre lycée ! Ça nous donne envie d’avancer dans la vie ».

Oui, il est là ! L’astronaute traverse la cour avec François Nayrac. Les élèves survoltés lui font une haie d’honneur. Ils n’oublieront pas ce moment.
 

Vient le moment de la présentation du film de la mission au public présent et de sa diffusion simultanée sur la chaîne YouTube de l’académie. Deux cents personnes sont dans la salle, parmi elles, de très nombreux élèves.

Lionel Suchet, directeur général délégué du CNES et Sebastien Barde, responsable du Centre d’aide au développement des activités en micropesanteur et des opérations spatiales accompagnent l’astronaute. Comme  la députée, ils ont  rendu possible la venue au lycée de Thomas Pesquet et contribué à la réussite de cette journée.

Après la projection du film, les questions fusent. Certaines sont très ‘terre à terre’.  « Comment on se lave ? Combien de temps on garde ses vêtements ? ». D’autres sont plus personnelles. « Pourquoi avez-vous choisi d’être astronaute ? Quelle a été votre plus grosse peur pendant la mission ? Qu’est-ce qui vous a manqué le plus pendant la mission ? Quel est votre meilleur souvenir? Comment avez-vous contacté votre famille ? Qu’avez-vous ressenti lors de l’atterrissage ?

A propos de l’heure, Thomas Pesquet explique que dans l’espace, on choisit l’heure universelle de Greenwich et que les cycles jour/nuit et celui des repas sont respectés.  

Lorsqu’un enfant  demande si  « la terre est bien ronde ». l’astronaute lui répond : « oui, j’y étais ».

Certes Thomas Pesquet est un modèle mais il est aussi modeste et accessible. Les élèves sont sous le charme et la journée restera gravée dans leurs mémoires…et dans celle de tous les adultes présents.

>> L'intégralité de son intervention au collège Denis Poisson est à retrouver la chaîne Youtube de l'académie.

Retour