C
 Voyage réel, voyage mythique : sur terre (Fiche A)


Le poète Horace (65 av. JC - 8 av. JC) évoque le début d'un voyage qui le mène à Brindes (aujourd'hui Brindisi).

De route en marécage

Egressum magna me accepit Aricia Roma     1
hospitio modico; rhetor comes Heliodorus,
Graecorum longe doctissimus; inde Forum Appi
differtum nautis cauponibus atque malignis.
Hoc iter ignavi divisimus, altius ac nos         5
praecinctis unum: minus est gravis Appia tardis.
Hic ego propter aquam, quod erat deterrima, ventri
indico bellum, cenantis haud animo aequo
exspectans comites. Jam nox inducere terris
umbras et caelo diffundere signa parabat
:    10
tum pueri nautis, pueris convicia nautae
ingerere : "huc adpelle"; "trecentos inseris"; "ohe,
jam satis est." Dum aes exigitur, dum mula ligatur,
tota abit hora. Mali culices ranaeque palustres
avertunt somnos ; absentem cantat amicam     15
multa prolutus vappa nauta atque viator
certatim ; tandem fessus dormire viator
incipit
ac missae pastum retinacula mulae
nauta piger saxo religat stertitque supinus.
Jamque dies aderat, nil cum procedere lintrem   20
sentimus, donec cerebrosus prosilit unus
ac mulae nautaeque caput lumbosque saligno
fuste dolat: quarta vix demum exponimur hora.
Ora manusque tua lavimus, Feronia, lympha.
Milia tum pransi tria repimus atque subimus    25
inpositum saxis late candentibus Anxur.

Horace, Sermones, Livre I, 5, vers 1 à 26

Traduction

   A ma sortie de Rome la grande, Aricia me reçut dans un modeste gîte; le rhéteur Héliodore, de loin le plus savant des grecs, m'accompagnait; de là, nous allâmes à Forum Appi, bourgade pleine de marins et de cabaretiers malhonnêtes. Dans notre paresse, nous fîmes deux étapes d'un chemin que parcourent d'une traite ceux qui retroussent leur tunique plus haut que nous. L'Appia est moins pénible quand on est lent. Là, à cause d'une eau de bien piètre qualité, je déclare officiellement la guerre à mon ventre, attendant avec une certaine mauvaise humeur mes compagnons en train de dîner. [....................] Et alors, les esclaves lancèrent des invectives contre les marins, les marins contre les esclaves : " Aborde ici ", " tu en entasses trois cents", " Holà ! c'est déjà assez. " Pendant qu'on fait payer, qu'on attelle la mule, une heure entière se passe. Les moustiques maudits, les grenouilles des marais écartent de nous le sommeil. Après que, gorgés de piquette, marin et voyageur ont, à l'envie, chanté leur bonne amie absente, [......................] , et le marin paresseux attache à une pierre la corde de sa mule, pour la laisser paître, et, couché sur le dos, il ronfle. [..............] quand nous sentons que la barque n'avance pas d'un pouce. L'un de nous alors, un excité, saute à terre et fouette, avec un bâton pris à un saule, la tête et les reins de la mule et du marin. A la quatrième heure, au plus tôt, on nous débarque enfin. Nous nous lavons le visage et les mains dans ton onde, ô Féronia ! Puis, ayant déjeuné, nous nous traînons trois milles durant et nous arrivons au pied d'Anxur, posé sur ses roches d'une blancheur qui resplendit tout alentour.

I Conditions matérielles de ce voyage :
     1. Où se déroule-t-il ? (relève les noms de lieu)
     2. Relève les mots latins qui désignent tous les personnages du texte.
     3. Par quels moyens se déplace-t-on ?
     4. Comment le narrateur ressent-il ce voyage ? Appuie-toi sur un relevé précis.
     5. En recoupant les renseignements apportés par le texte et par la carte ci-jointe, retrouve les étapes du voyage. Comment se nomme la région traversée par Horace ?


 
Quinti Horatii Flacci opera, par A. Cartelier, édition revue par Louis Passerat, Delagrave, Paris,1895.

Pour voir une carte de l'Italie qui permet de situer Brindes (Brindisium), clique ici.

Fossa, ae, f : canal
Palus, udis, f: marais

      6. A l'aide de la carte, évalue approximativement la distance parcourue; une indication pour pouvoir la calculer : la ville d'Ostie, située à l'embouchure du Tibre, est à 25 Km environ de Rome (attention: ce n'est qu'un indice; Horace ne passe pas par Ostie).
      7. Relève deux verbes permettant de situer le moment de la journée. Reprends le texte pour constater la durée de ce début de voyage.

II Traduction
Traduis les passages en gras.


Vocabulaire:

Adsum, es, esse, adfui : être présent
Caelum, i, n. : ciel
Dies, ei, m. et f. : jour
diffundo, is, ere, fudi, fusum : verser, répandre
dormio, is, ire, iui, itum : dormir, ne rien faire
Fessus, a, um : fatigué
Incipio, is, ere, cepi, ceptum : commencer
induco, is, ere, duxi, ductum : introduire
Jam, adv. : déjà, à l'instant
Nox, noctis, f. : nuit
Paro, as, are : se préparer à, se disposer à
Signum, i, n. : signe du zodiaque, constellation, astre
Tandem, adv. : enfin
terra, ae, f. : terre
Viator, oris, m. : le voyageur
Umbra, ae, f. : ombre

séquence terre mer enfers