> académie d'orléans-tours
Académie
Académie
Orientation
Examens et concours
Formation professionnelle et technologique
Arts et culture-International-Innovation
Enseignements et pédagogie
Ressources humaines
Vie numérique
Portail pédagogiqueEspace parents et élèves
accueilAcadémieProjet académique > le projet 2013-2017

le projet 2013-2017

Photos université de Tours [Alexis Chézière] / DSDEN de Loir-et-Cher/ lycée Jean Lurçat [Françoise Petitjean] / rectorat [Christophe Bohême / Maud Pestel]

Réalisé à partir du travail collaboratif de l’ensemble des acteurs, le projet académique 2013-2017 a été validé et voté au CTA du 5 novembre 2013. Volontairement, la période qu’il recouvre coïncide avec celle du contrat signé par l’académie avec le ministère de façon à ce qu’il y ait renforcement des priorités portées par les deux documents, lesquels constituent des outils de pilotage forts.

L’ambition du projet académique est de créer un cadre à même d’orienter l’action de chacun pour assurer une mise en synergie et une cohérence d’ensemble.

Le choix a été effectué d’un projet académique, de taille raisonnable lui assurant un caractère opératoire et lisible. Les ambitions retenues répondent aux spécificités de l’académie et s’appuient sur des indicateurs à même de permettre un suivi dans le temps.

Le projet académique est accompagné de « fiches cadre », lesquelles décrivent les modalités envisagées pour la déclinaison des différents objectifs. Portées par des groupes académiques dont la composition est déterminée par la nature même de l’objectif, ces « fiches cadre » s’attachent à préciser la méthode retenue ainsi que les actions envisagées, tout en laissant des possibilités d’adaptation en fonction des besoins repérés par les membres du groupe.

Assurer la réussite de tous dans le cadre d’une équité renforcée

La loi d’orientation et de programmation constitue une étape majeure de la refondation de l’école de la République qui a été érigée en priorité par la Nation. Le projet académique s’inscrit totalement dans ce cadre. Il s’agit d’améliorer notre système éducatif et de lutter plus efficacement contre les déterminismes sociaux et territoriaux qui marquent l’école d’aujourd’hui. Les objectifs fixés peuvent être énoncés simplement : une école à la fois juste pour tous et exigeante pour chacun.

La priorité est accordée à l’école primaire pour réduire la difficulté scolaire et construire les apprentissages fondamentaux. Il convient d’élever le niveau global de qualification de tous les élèves au terme de leur formation initiale. Les rythmes scolaires, mieux aménagés, devront permettre aux élèves de connaître des conditions d’apprentissage plus équilibrées et un temps mieux articulé entre le scolaire et le périscolaire garantissant l’accès à des activités sportives, culturelles et artistiques.

Le développement d’une grande ambition numérique et des technologies de l’information et de la communication constitue un enjeu majeur en matière éducative.

L’évolution des politiques de réussite éducative comme l’éducation prioritaire et les dispositifs de lutte contre le décrochage scolaire seront améliorés progressivement. Pour lutter contre les inégalités sociales, culturelles et territoriales, il sera proposé aux élèves des parcours dans un cadre renouvelé (parcours d’éducation artistique et culturelle, parcours de découverte du monde économique et professionnel, parcours de santé...). Le système d’orientation des élèves sera une priorité qui doit traduire l’égale dignité des filières.

Le climat scolaire devra être amélioré pour faire de l’école un lieu de réussite, d’autonomie et d’épanouissement, un lieu d’éveil à l’envie et au plaisir d’apprendre, à la curiosité intellectuelle, à l’ouverture d’esprit, mais aussi un lieu de travail respectueux de chacun.

La formation initiale et continue dispensée dans les écoles supérieures du professorat et de l’éducation (Espé) sera un levier majeur de la qualité et du renouvellement des pratiques pédagogiques.

Le projet académique permet de faire le lien avec les futurs contrats des établissements. Il a vocation à servir de levier pour l’ensemble de la communauté éducative et aussi de marqueur en positionnant l’école dans son partenariat avec les collectivités territoriales et les associations.

Ce projet est au service d’une ambition collective qui allie la préoccupation constante de la réussite des élèves à celle de l’exercice de chacun de nos métiers dans des conditions de travail valorisantes.

Marie Reynier
Recteur de l’académie d’Orléans-Tours
Chancelier des universités

Vers le haut

Un projet... 3 ambitions, 3 leviers

La consultation menée auprès des personnels de l’Éducation nationale, des élèves et des familles a fait remonter les points forts et les faiblesses de l’académie. Ce riche matériau constitue la base sur laquelle est construit le projet académique 2013-2017. Il concrétise ainsi, avec les données locales et régionales, les orientations nationales, les conditions d’application des réformes ainsi que la réalisation de nouveaux dispositifs.

Pour ses élèves, l’académie se fixe...

... 3 ambitions

Vers le haut

Photo rectorat [Maud Pestel]

Ambition 1. Installer une dynamique de la réussite pour tous

L’académie d’Orléans-Tours présente encore des marges de progrès ; ses résultats d’ensemble sont moyens et cachent d’importantes disparités. Le faible niveau de diplôme détenu par les actifs, en moyenne dans la région, impose la mobilisation de tous pour une élévation des niveaux de formation et de qualification. On s’attachera donc à mieux encadrer les élèves pour asseoir la maîtrise de compétences solides (savoirs, savoir-faire et savoir-être) à même d’assurer la réussite dans le cadre de la scolarité obligatoire et au-delà. Une attention particulière doit être portée aux élèves les plus fragiles. La résorption des écarts selon le milieu d’origine, le genre ou le lieu de résidence constitue, à ce titre, un enjeu premier.

Objectif 1. Mettre l’acquisition du socle commun de connaissances, de compétences et de culture au cœur des enseignements et des pratiques pédagogiques

1.1. S’engager plus et plus tôt pour assurer l’acquisition des fondamentaux

  • Construire les compétences de base dès l’école primaire.
  • Renforcer la prévention de l’illettrisme et de l’innumérisme.
  • S’assurer de leur maîtrise par la validation des paliers 1 et 2 du socle.
  • Inscrire les apprentissages dans une logique de parcours.
  • Articuler les activités péri-scolaires aux attendus du socle.

1.2. Assurer la progressivité des acquis du primaire au collège

  • Activer les commissions de liaison inter cycles.
  • Installer les conseils école-collège.
  • Créer les conditions de réussite au DNB et de validation du palier 3.
  • Faire de la formation « au » et « par » le numérique un élément clé des acquisitions tout au long de la scolarité.

Objectif 2. Accompagner davantage au profit d’une réduction des inégalités

2.1. Inscrire l’équité comme une priorité des projets d’école et d’établissement

  • Construire des projets pédagogiques à même de donner toute leur efficacité aux moyens dédiés à l’accompagnement des publics fragiles (accueil des élèves de moins de 3 ans ; plus de maîtres que de classes, postes supplémentaires dans les collèges identifiés à population scolaire ayant des difficultés...).
  • Développer des actions permettant de réduire les inégalités selon le genre, le milieu d’origine ou le lieu de résidence.

2.2. Mobiliser l’ensemble des dispositifs d’aide et d’accompagnement pour élever la réussite de chacun

  • Installer la différenciation au sein de la classe.
  • S’appuyer sur les dispositifs d’accompagnement dans le premier et le second degrés (activités pédagogiques complémentaires, programmes personnalisés de réussite éducative, accompagnement éducatif, accompagnement personnalisé...).
  • Développer les usages pédagogiques du numérique favorisant les pratiques de classes interactives.

2.3. S’attacher dans le cadre de l’éducation prioritaire à articuler le pédagogique et l’éducatif

  • Impliquer l’ensemble des acteurs et définir le rôle de chacun.
  • Mettre en cohérence l’ensemble des actions et dispositifs autour des axes du contrat d’objectifs.
  • Réduire les écarts de réussite au DNB avec les moyennes académiques.

2.4. Proposer une scolarisation adaptée aux élèves à besoins éducatifs particuliers

  • Assurer l’accueil des enfants du voyage et des élèves nouvellement arrivés en France.
  • Créer les conditions d’inclusion scolaire des élèves en situation de handicap.
  • Apporter des réponses éducatives aux élèves intellectuellement précoces.

Vers le haut

Photo CRT Centre-Val de Loire / V. Treney

Ambition 2. Fluidifier et sécuriser les parcours

Le recours au redoublement ne saurait être satisfaisant, pas plus qu’un passage sans les acquis nécessaires. La non maîtrise des compétences attendues génère découragement et désengagement, facteurs propices au décrochage. L’académie doit maintenir sa politique volontariste de réduction du redoublement tout en prévenant les difficultés et les ruptures. Aussi, il importe d’installer des dispositifs de veille afin de se doter des moyens qui pourront faciliter le repérage et l’accompagnement d’élèves en position fragile à des paliers scolaires importants. Les indicateurs de résultats feront l’objet d’un suivi attentif.

Objectif 3. Prévenir la difficulté scolaire

  • Être attentif au climat scolaire et l’améliorer.
  • Repérer la difficulté scolaire suffisamment tôt en s’appuyant sur les évaluations diagnostiques.
  • Développer et mettre en cohérence les dispositifs d’aide.
  • Améliorer les taux d’accès 6ème-DNB et 2nde-baccalauréat.
  • Réduire les redoublements en facilitant l’accès aux passerelles.

Objectif 4. Lutter contre le décrochage

  • Effectuer le suivi de l’absentéisme dans chaque école et EPLE sur des critères standardisés.
  • Accompagner les décrocheurs avec SIEI (système interministériel d’échanges d’informations).
  • Analyser les informations SIEI pour agir en prévention du décrochage.
  • Favoriser les retours en formation des élèves ayant décroché.

Vers le haut

Photo CRT Centre-Val de Loire / C. Mouton

Ambition 3. Développer l’ambition scolaire

L’académie doit s’appliquer à développer chez les jeunes des aspirations qui rompent avec les déterminismes géographiques et qui dépassent le clivage entre zone urbaine et zone rurale. Il importe que la connaissance et les diplômes soient reconnus par tous comme des atouts favorisant l’insertion sociale et professionnelle. Les parcours d’excellence et leur diversité, quelle que soit la voie choisie doivent être connus de tous. L’académie se doit de les rendre accessibles à chacun. L’ouverture culturelle, parce qu’elle participe à l’épanouissement de chacun, à l’élévation des ambitions et in fine à la réduction des inégalités, s’inscrit comme une dimension essentielle des projets pédagogiques.

Objectif 5. Favoriser les aspirations et les motivations

5.1. Valoriser les compétences de chacun pour développer la confiance des élèves dans leur capacité à réussir

  • Assurer la maîtrise des compétences nécessaires à la réussite aussi bien dans le cadre de la scolarité obligatoire qu’au lycée.
  • Faire évoluer les pratiques d’évaluation.
  • Reconnaître un droit à l’erreur.
  • Mobiliser les Tice tant pour le suivi et l’évaluation des compétences que pour l’entraînement et l’auto-positionnement des élèves.

5.2. Favoriser l’ouverture culturelle, internationale et scientifique

  • Garantir la présence du parcours d’éducation artistique et culturelle personnalisé en s’appuyant sur les enseignements artistiques proposés dans les écoles et les établissements.
  • Favoriser les partenariats et les échanges avec l’étranger.
  • Éveiller la curiosité et le goût pour les sciences, mettre en œuvre le plan sciences et technologies à l’école ; développer l’enseignement intégré des sciences et de la technologie.
  • Assurer un égal accès des écoles et des établissements aux ressources artistiques et culturelles via les outils numériques.

5.3. Développer la relation avec les familles, assurer leur information : pré requis pour l’ambition de leurs enfants

  • Créer les conditions d’accueil, d’écoute et d’échanges avec les familles.
  • Rendre lisibles les enjeux, les parcours et les dispositifs.
  • Mobiliser les ENT et des télé-services pour une communication avec les familles plus régulière et enrichie.

Objectif 6. Installer la continuité « Bac-3 ; Bac +3 »

6.1. Contribuer à une orientation choisie et mettre fin à la hiérarchisation des voies et des séries

  • Renforcer la continuité collège-lycée.
  • Mobiliser les enseignements d’exploration, l’accompagnement personnalisé et le tutorat pour valoriser les différents parcours.
  • Privilégier les réseaux de lycées offrant au plus grand nombre un large éventail d’enseignements d’exploration.
  • Mettre en cohérence les actions relatives à l’orientation par la formalisation du parcours individuel d’information et d’orientation, de découverte du monde économique et professionnel dès la 6ème.
  • Assurer la promotion des filles dans les séries scientifiques et technologiques industrielles.

6.2. Valoriser les filières des voies technologiques, en faire un autre chemin d’excellence

  • Assurer un rééquilibrage des filières au profit de la voie technologique.
  • Favoriser l’accès des élèves issus de la voie technologique en BTS et DUT.
  • Rationaliser et renforcer l’offre de formation.

6.3. Faire connaître l’université et apprendre à être étudiant dès le lycée

  • Développer les liaisons lycée-enseignement supérieur.
  • Favoriser les actions en faveur des élèves issus de milieux qui sont le plus éloignés de l’enseignement supérieur.

Vers le haut

Photo CRT Centre-Val de Loire / C. Mouton

Levier 1. Un climat scolaire propice à la réussite

Développer en concertation avec l’ensemble des partenaires des actions pour accroître la sécurité des établissements et favoriser un climat serein constitue un élément premier dans l’installation des conditions propices aux études. Il importe de renforcer la confiance que les jeunes et leur famille accordent à l’établissement scolaire.

Action 1. Formaliser le projet éducatif

  • S’assurer de la cohérence et de la lisibilité du projet éducatif.
  • Définir les droits et obligations de chacun.
  • Développer au sein des EPLE une réflexion sur la gradation des sanctions et le rôle des conseils de discipline.

Action 2. Impliquer les élèves dans la vie de l’école et de l’établissement

  • Mobiliser les élèves par des actions à même d’encourager le respect de la personne et l’égalité filles-garçons. Faire le lien avec l’enseignement moral et civique.
  • Favoriser la participation aux instances lycéennes.
  • Développer l’implication des élèves dans les actions mises en œuvre au sein de l’école et de l’établissement.

Action 3. Donner toute sa place à la politique de santé

  • Renforcer le dépistage et le suivi des troubles de santé.
  • Contribuer à la remédiation des difficultés de santé pour les enfants scolarisés.
  • Contribuer aux thématiques prioritaires définies en région Centre (prévention du suicide, du surpoids, des conduites à risques, éducation à la vie affective et sexuelle...).

Vers le haut

Photo Ho Visto Nina Volare

Levier 2. Un pilotage sur le territoire à même d’assurer l’équité

La refondation de l’école nécessite que l’ensemble des acteurs s’empare des marges d’autonomie existantes pour mettre en œuvre toutes les initiatives et innovations à même de contribuer à la réussite des élèves. Il convient, en effet, que celles-ci soient mutualisées à l’échelon académique pour une meilleure diffusion, sous des modalités diversifiées dans le cadre d’espaces dédiés (espaces numériques, formations échanges de pratiques...). Pour autant, ces actions ne sauraient être développées sans cohérence. Ainsi, le pilotage bienveillant des personnels d’encadrement est-il déterminant. La volonté d’offrir une diversité de parcours à chaque élève quel que soit le territoire où il réside invite à un renforcement de la mise en réseau des établissements et à la réactivation des bassins d’éducation et de formation.

Action 4. Installer une culture d’évaluation commune

  • Développer des outils statistiques standardisés qui permettent aux écoles et aux établissements de se situer au regard des indicateurs Lolf.
  • Veiller à l’appropriation par les équipes des « tableaux de bord » de leur école ou EPLE pour définir les actions à partir d’un diagnostic partagé.

Action 5. Développer les outils du pilotage au sein des écoles et des EPLE

  • Dans le premier degré, mobiliser les équipes enseignantes autour du contrat d’objectifs de la circonscription dans le cadre du projet d’école.
  • Dans le second degré, activer le conseil pédagogique : définition, mise en œuvre et évaluation du projet d’établissement et du contrat d’objectifs.
  • Intégrer un volet numérique au projet d’école ainsi qu’aux travaux du conseil pédagogique.
  • Promouvoir l’innovation dans le cadre du projet d’école et du projet d’établissement.
  • Développer une démarche d’auto-évaluation au sein des écoles et des établissements en articulation avec l’évaluation externe par les inspecteurs.

Action 6. Favoriser les maillages rural et urbain

  • Faire du bassin un échelon pertinent d’échanges, de réflexion et de mutualisation.
  • Contribuer à l’élaboration d’un projet éducatif territorial.
  • Poursuivre la structuration des réseaux d’écoles.
  • Renforcer la mise en réseau des établissements.

Vers le haut

Photo Floppy36

Levier 3. Un accompagnement de tous les personnels face aux évolutions de leurs métiers

L’académie est attentive à l’ensemble des personnels en veillant à les accompagner dans les évolutions du métier, et en leur donnant l’opportunité d’accéder aux fonctions de formateurs et d’encadrement. L’académie fait de l’installation du nouveau dispositif de formation des enseignants et personnels d’éducation un enjeu majeur. Il en va de la qualité des enseignements mis en œuvre, de la réussite des élèves et de l’assurance pour les nouveaux personnels de trouver le plaisir d’exercer le métier qu’ils ont choisi.

Action 7. Accompagner les personnels dans l’entrée dans le métier et dans leur parcours professionnel

  • S’attacher aux conditions d’exercice de l’ensemble des personnels (santé et sécurité).
  • Veiller aux implantations et à l’élaboration des services les plus propices à l’intégration des enseignants et des personnels d’éducation nouvellement recrutés.
  • Créer un vivier de conseillers pédagogiques et de tuteurs, assurer leur formation.

Action 8. Orienter la formation continue

  • Développer les modalités combinant formation en présentiel et formation à distance.
  • Accroître la présence du numérique dans la formation continue des enseignants ainsi que dans celle des corps d’inspection et des personnels de direction.
  • Évaluer l’impact des formations.

Action 9. Favoriser l’accès aux fonctions d’encadrement et de pilotage

  • Informer et encourager les personnes ressources à accéder aux fonctions d’encadrement.
  • Assurer une formation consolidée aux exigences du pilotage.

Vers le haut

MEN
accédez à  votre espace